Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Films>à 18h30ConférenceDans ma poitrine, hélas ! deux âmes sont...

par Jean-Luc Nancy, philosophe

La conférence sera suivie par la projection d’un court métrage réalisé par Michel Jacquard consacré à l’installation L’Isola del Silenzio, installation de Claudio Parmiggiani inspirée de Faust, présentée à partir du 26 janvier 2006 à la Chapelle des Brigittines à Bruxelles.

En collaboration avec la Chapelle des Brigittines, Bruxelles

Le philosophe Jean-Luc Nancy (né en 1940) est assurément l’une des figures les plus passionnantes et singulières de la philosophie contemporaine. Largement reconnue et discutée en France et à l'étranger, son œuvre aborde de nombreux domaines de la philosophie, de la politique et de l'esthétique. Il est notamment l’auteur de L'expérience de la liberté (1988), L’intrus (2000), La connaissance des textes, avec Simon Hantaï et Jacques Derrida (2001), La Communauté affrontée (2001), La Création du monde ou la mondialisation (2002), Plus récemment, il a publié Au fond des images (2003), Chroniques philosophiques, (2004), Fortino Samáno. Les débordements du poème, avec Virginie Lalucq (2004), Iconographie de l'auteur, avec Federico Ferrari (2005), La déclosion (Déconstuction du christianisme, 1) (2005), Allitérations. Conversations sur la danse, avec Mathilde Monnier (2005) et Sur le commerce des pensées. Du livre et de la librairie (2005).
En 2004, au Teatro Metastasio de Prato, pour un spectacle imaginé, mis en scène et scénographié par l’artiste italien Claudio Parmiggiani, Jean-Luc Nancy a réalisé un montage « des Faust » de Goethe (Urfaust, Faust I et Faust II) pour un seul acteur, les différents personnages créés par l’écrivain allemand devenant les différents visages du seul Faust.

« Ce que je veux, c'est faire la pensée identique à l'être dont elle est la pensée. Non pareille, ni semblable, ni analogue, mais identique. Être et pensée, une même chose. Un vieux poème disait cela, mais je ne veux plus qu'un poème le dise. Ce poème aussi brûlera ; d'ailleurs, il a déjà perdu plus d'un papyrus et plus d’un vers.
Mais il faut pour cela, pour aboutir à la même chose, que l'on entende bien les verbes : penser et être, non pas la pensée et l'être. Car la pensée peut bien prendre l'être pour objet, et l'être peut bien avoir la pensée comme une de ses espèces, comme une chose parmi d'autres. Mais si penser est être, alors il n'y a plus d'objet ni de chose. Tout revient  à l'identique : penser, c'est peser, or on voit bien que de manière identique être c'est encore peser. Rien n'est sans poids, rien n'est sans appuyer sur un sol ou sur soi-même. Ce qui n'appuie ni ne pèse, fût-ce du poids le plus infime, se dissipe en vapeur, en fumée, puis en pure dissipation.
Voilà pourquoi, mes livres, je vous brûle. Je vous rends à votre apesanteur. Je ne retiens rien de vous. Je ne veux que le poids, la pesée des choses dans une balance de justice. La gravité d’une juste pesée des choses, sans interposition de signification ni de valeur. »
Jean-Luc Nancy. Extrait de Dans ma poitrine, hélas, deux âmes sont logées…, texte inédit, 2005

Claudio Parmiggiani (né en 1943) fait partie des artistes les plus importants de notre époque. Il a développé depuis le milieu des années soixante une poétique très personnelle composée de citations littéraires et philosophiques, d’allusions aux mythes et à l’alchimie. Elle s’exprime sous forme de peintures, de sculptures (sa Melencolia est exposée actuellement au Grand-Palais dans l’exposition Mélancolie) et d’installations (parmi lesquelles la série des Delocazione). Après sa mise en scène de Faust au théâtre de Prato en 2004, il présente à la Chapelle des Brigittines à Bruxelles L’Isola del Silenzio, une installation sur le thème de Faust (à partir du 26 janvier 2006).

Cycle(s) : Faust - Conférences
Evénement(s) : Visages de Faust, Visages de Faust

Informations pratiques

Vente :

A partir du 2 janvier 2006, par téléphone, au 01.40.20.55.00 (paiement par carte bancaire uniquement) du lundi au vendredi de 11h à 17h, sauf le mardi
A partir du 4 janvier 2006, à la caisse de l'auditorium