Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>à 18h30Rome et l’antique : pour l’amour des Muses au XVIIIe...

par Carolina Brook, Università degli Studi, Pise et Valter Curzi, Università degli Studi, Rome

En 1779, à Tivoli, est découverte une sculpture à l’effigie de Périclès. La statue du grand politique athénien, soutien et promoteur éclairé des arts, est transportée sur-le-champ au Vatican pour être exposée au musée Pio-Clementino, ouvert depuis peu au public.

À cette occasion, le célèbre poète Vincenzo Monti compose en vers un parallèle virtuose entre Périclès et Pie VI, entre l’Athènes antique et la Rome contemporaine, pour attribuer finalement la palme de la glorification des beaux-arts à la cité pontificale. La statue trouve place auprès d’un autre groupe, récemment exhumé, qui présente Apollon et les Muses. Dans le nouveau décor du musée romain, Tommaso Maria Conca se voit confier la réalisation d’une fresque dont le programme iconographique, très élaboré, renvoie aux sculptures exposées dans la même salle et reprend le thème du rapprochement entre Rome et la saison glorieuse où la Grèce affirma sa suprématie politique et sociale. Partant d’une brève évocation de cet épisode, Carolina Brook et Valter Curzi reviennent sur la postérité du monde classique dans la Rome du XVIIIe siècle, suivant l’interprétation que les deux chercheurs proposent dans l’exposition Roma e l’antico. Realtà e visione nel Settecento, organisée par leurs soins et présentée au Museo Fondazione Roma jusqu’au 6 mars 2011. À travers l’analyse d’une filiation qui replace la Ville au centre de l’Europe, il s’agit d’offrir une vision à la fois plus rigoureuse et plus compréhensive qu’on ne le fait d’ordinaire, de ce qu’il est convenu d’appeler la période néoclassique.

Valter Curzi enseigne l’histoire de l’art moderne auprès de la Facoltà di Scienze Umanistiche de l’Università degli Studi « La Sapienza » à Rome. Il a plus particulièrement orienté ses recherches vers l’étude des rapports entre centre et périphérie dans le contexte de l’histoire de l’art, ainsi que dans le domaine de la sauvegarde et de la conservation du patrimoine culturel. Ses travaux ont contribué au renouvellement des études sur l’art romain au XVIIIe siècle, notamment dans ses rapports avec les commanditaires des « centres » périphériques de l’État pontifical. Plus récemment, ses recherches ont porté sur l’étude de Rome en tant que centre cosmopolite de formation artistique : au volume Roma musa degli artisti. Pittori stranieri nell’Urbe tra Seicento e Ottocento (2008) a fait suite une exposition, en collaboration avec Carolina Brook, « Roma e l’antico. Realtà e visione nel Settecento » (Museo Fondazione Roma, 30 novembre 2010 - 6 mars 2011). Toujours dans le contexte de l’État pontifical, il s’est aussi intéressé à la question de la sauvegarde du patrimoine monumental et artistique du XVIIIe au XXe siècle, envisagée sous divers aspects : décrets législatifs, mise en œuvre des décisions, débats culturels. Sur ce thème : Bene culturale e pubblica utilità. Politiche di tutela a Roma tra Ancien Régime e Restaurazione (Bologne, Minerva Edizioni, 2008).

Carolina Brook a enseigné pendant plus de dix ans l’histoire comparée des arts européens auprès de l’Università della Calabria et de l’Università degli Studi de Pise. Ses recherches portent notamment sur les rapports entre Rome et le monde ibérique du XVIIIe au XXe siècles. Un ouvrage sur le sujet, Preistoria di un’Accademia : artisti spagnoli a Roma tra Sette e Ottocento, est en cours de publication. Elle s’est par ailleurs intéressée à la peinture française du XIXe siècle : Delacroix e la pittura romantica in Francia, Florence, E-ducation, 2008 (traduction française : Delacroix et le Romantisme, Paris, 2008) et Courbet e la stagione del realismo in Francia, Florence, E-ducation, 2008. Avec Valter Curzi, elle est co-organisatrice de l’exposition « Roma e l’antico. Realtà e visione nel Settecento ».

Cycle(s) : « Pourquoi l’antique chez les modernes ? »
Evénement(s) : Le 18ème siècle, Le 18ème siècle

Informations pratiques

Lieu, Accès

Lieu
Auditorium du Louvre
 
Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.

Informations, Réservations

Informations
01 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Réservations
Au 01 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
Groupes scolaires et centres de loisirs : 01 40 20 50 01
Groupes adultes (associations, comités d’entreprise…) : 01 40 20 54 55.

A la caisse de l’auditorium
Du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30.