Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Films>Annulation de la conférence de Peter Sloterdijk à 18h30

Films Annulation de la conférence de Peter Sloterdijk à 18h30

Film sur l'art

Le crépuscule des artistes ou la transformation des Erinyes

Philosophe, écrivain, essayiste, recteur de la Hochschule für Gestaltung de Karlsruhe, professeur d’esthétique à Vienne, Peter Sloterdijk (né en 1947) a été formé à l'école de la phénoménologie, de l'existentialisme et de la théorie critique.

La radicalité de sa pensée a incité de nombreux lecteurs à le rapprocher de Nietzsche et de Bataille. Inventeur de ce qu'il nomme un discours poétique « flottant », familier de la philosophie et de la poésie françaises, qu'il s'agisse de celle de Bachelard ou de celle de Michaux, il a fait sauter le cadre de la philosophie académique. Avec la Critique de raison cynique en 1983 (traduite en 17 langues et constituant sans aucun doute un des plus grands succès d'une œuvre philosophique), en passant par Dans le même bateau, essai sur l’hyperpolitique (1997), Règles pour le parc humain (1999), Le penseur sur scène : le matérialisme de Nietzsche (2000) jusqu'à son ambitieuse trilogie Sphères (composée de Globes, Sphères, Ecumes) dont le dernier volet est paru en 2005 en français, Peter Sloterdijk ne cesse d’interroger la culture européenne et propose des interprétations hardies et inédites du destin de l’homme moderne. Par ailleurs, il anime depuis le mois de janvier 2005 un « Quatuor philosophique » sur la chaîne allemande ZDF.

"La fascination qu’a exercée des siècles durant le personnage original du docteur Faustus – et dont seul un reflet affiné reste visible dans les  sublimations de Goethe – tient à une promesse extensive et intramondiale de gâterie. Comme cette promesse avait une adresse indéfinie, une bonne partie de l’intelligentsia bourgeoise, dans toutes les générations suivantes, pouvait se sentir interpellée. L’élément fascinant est encore sensible des siècles plus tard : Faust est l’homme qui découvre, au cœur de la vie, le truc de tous les trucs : le chemin court vers une richesse libérée du travail, et donc le trajet le plus rapide du désir à la jouissance. Il est le protagoniste de la prétention bourgeoise à l’accès aux moyens de gâterie du présent et de l’avenir. Sa légèreté métaphysique, ou plus exactement le fait qu’il mette au deuxième plan l’intérêt du salut de son âme, est ce qui lui ouvre l’accès à des sources illimitées de bien être et de jouissance. Il fournit ainsi un modèle contagieux de la manière dont le triste travail de conservation de soi pourrait s’achever d’un seul coup. Grâce aux méthodes magiques, il bondit vers les résultats sans avoir à subir la longue marche passant par la production et l’acquisition honnêtes. Sa découverte – le pacte avec le diable en est le symbole – tient au fait que même au niveau du désir adulte, on peut postuler et trouver des satisfactions tellement complètes qu’elles ne seraient possible, d’ordinaire, que dans la symbiose du petit enfant avec sa mère – à supposer qu’il dispose d’un partenaire de gâterie doté d’un potentiel élevé. Faust exige la régression globale, qui n’en mènerait pas moins à l’objectif adulte.

Le scandale de l'existence de Faust a donc un nom : la démesure dans le bien-être. Elle provoque la rupture ouverte avec les traditions de l'ancienne Europe, celle de la vie modérée et sérieuse qui se limite elle-même, telles qu'elles ont été exprimées par les concepts de la sophrosyne et de la moderatio.S’il existe un péché faustien, il est le péché constitutif des temps modernes, dans la mesure où celui-ci consiste à sortir du système des proportions morales de l’ancienne Europe. Avec elle ne débute pas seulement l'infiltration du désir infini dans des situations finies, mais aussi l'abolition pratique des limites de la circulation et de la consommation. Dans l'un comme dans l'autre s'imprime déjà la dynamique du processus du capital, reflétée dans les qualités subjectives d'une recherche sans répit et d'un appétit insatiable de vécu."
Peter Sloterdijk. Extrait de Ecumes. Maren Sell Editeurs, Paris, 2005.

Cycle(s) : Faust - Conférences
Evénement(s) : Visages de Faust, Visages de Faust

Informations pratiques

Vente :

A partir du 2 janvier 2006, par téléphone, au 01.40.20.55.00 (paiement par carte bancaire uniquement) du lundi au vendredi de 11h à 17h, sauf le mardi
A partir du 4 janvier 2006, à la caisse de l'auditorium