Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Athéna, dite Minerve avec le géant ou Athéna Craufurd (MNE 1340)

Athéna, dite Minerve avec le géant ou Athéna Craufurd (MNE 1340)

Cette acquisition prestigieuse fait revenir au Louvre l’une des pièces majeures de la collection d’antiques de Quintin Craufurd (1743-1819), saisie à Paris dans son hôtel du 12, rue de Clichy, à la Révolution. Ce noble écossais, intime de Marie-Antoinette, compromis dans la fuite de Varennes car il avait fourni la voiture qui avait permis à la famille royale de quitter Paris, fut compté au nombre des immigrés. À ce titre, ses biens furent saisis. Huit statuettes de cette collection, dont cette Minerve avec le géant, furent présentées de 1800 à 1815 au Louvre et furent alors abondamment publiées et reproduites. La statue est mentionnée dans les Notices du musée dès 1800 et reproduite par de nombreuses gravures dans les ouvrages de Legrand en 1803, dans le « Petit-Radel » en 1807 et dans le Bins de Saint-Victor paru en 1821, puis chez Clarac, et encore chez Reinach en 1897. L’histoire méconnue de cette saisie est pourtant bien documentée grâce à des sources d’archives abondantes. Nous disposons notamment de l’inventaire des biens de Craufurd, dressé au moment de la saisie par les commissaires Boizot et Jollain le 22 vendémiaire de l’an II (octobre 1793)(1). On retrouve la trace de ces sculptures grâce aux registres du dépôt de Nesle (2). Enfin, le volume V de l’inventaire du Louvre de 18103 fournit de précieux renseignements sur l’exposition de ces sculptures au Louvre.
Restituée à son propriétaire en 1815, la collection est dispersée le 20 novembre 1820 au cours d’une vente publique connue par un catalogue. Plusieurs œuvres passent alors dans des collections prestigieuses, notamment l’Éros, acquis par Ingres, aujourd’hui à Montauban, ou l’un des Faunes, passé par la collection Pourtalès et conservé au musée du Cinquantenaire à Bruxelles. C’est à l’occasion de l’exposition « Ingres et l’Antique » qu’un premier bilan de cette dispersion a pu être dressé. On avait cependant perdu la trace de la Minerve avec le géant depuis la vente de 1820, puisque les publications postérieures ne faisaient que reprendre les ouvrages de l’époque napoléonienne, perpétuant le souvenir glorieux de la réunion de cette collection au Louvre jusqu’à la fin du XIXe siècle. L’apparition de la statuette de Minerve sur le marché de l’art parisien en octobre 2010 fut donc une heureuse surprise, qui vint récompenser un lent et patient travail de recherches sur les antiques en France aux XVIIIe et XIXe siècles. L’antique, très restauré, est un souvenir caractéristique du « grand tour » que le noble écossais accomplit au début des années 1780 après son retour de Manille, où il s’était enrichi comme directeur de la Compagnie des Indes. La Minerve reproduit une variante de l’Athéna Parthénos de Phidias, connue par d’autres répliques conservées à Copenhague et à Saint-Pétersbourg : elles se caractérisent notamment par le péplos ceinturé haut sous les seins et les proportions menues du buste. L’association avec le géant (Encelade ?) est connue par des images de gigantomachie (au Louvre par exemple, sur l’amphore de Milo) et par des documents (une intaille à Munich ou un petit groupe en ivoire de Paestum) qui semblent diffuser une composition du IIe siècle avant J.-C. La statuette Craufurd en serait le seul exemplaire parvenu jusqu’à nous en sculpture. Témoignage exceptionnel du « grand tour », pièce insigne d’une collection d’antiques parisienne constituée dans les années 1780, sculpture admirée du musée Napoléon, la Minerve avec le géant de la collection Craufurd trouvera toute sa place dans les salles qui évoqueront en 2013 le goût pour l’antique de la fin du XVIIIe siècle aux côtés des antiques des collections Brissac, d’Orsay ou Dufourny.

1. A. N., F 17* 1036A, pièce 299, publié dans Tuetey (L.), Procès-verbaux de la Commission des Monuments, Paris, N. Charavay, 1903, II, p. 197-201.
2. Registre de réception du dépôt de Nesle, A. N., F 17* 372, fo 223 par J.-B. P. Le Brun « Crampfort. Emigré », 27 germinal – 30 prairial an II (avril-mai 1794), et Registre des objets réservés pour le Louvre au dépôt de Nesle, A. N., F 17* 373, 24 thermidor an II (août 1794) : 4 sculptures (Faunes, Amour, Minerve).
3. Archives des Musées nationaux, *1DD 20, publié et commenté par mes soins en 2004.

J.-L. Martinez

Athéna, dite Minerve avec le géant ou Athéna Craufurd
Rome (?)
Ier ou IIe siècle après J.-C. ; restauration du XVIIIe siècle
Marbre et bronze. H. 88 cm ; l. 48 cm
Achat, ancienne collection Quintin Craufurd
Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines (MNE 1340)

Bibliographie

[Visconti (E. Q.)], Notice des statues, bustes, bas-reliefs et autres objets composant la Galerie des Antiques du Musée Central des Arts, Paris, Impr. des Sciences et Arts, [1800], no 138.
Legrand (A.), Galerie des Antiques, Paris, A. A. Renouard, 1803, no 138, pl. 64.
Schweighaeuser (J. G.), Les Monuments Antiques du musée Napoléon, Paris, Impr. de Vve Panckoucke, 1804 [1807], I, pl. 12.
Catalogue de la vente des Objets d’art ayant appartenu au cabinet de feu M. Quintin Craufurd, 20 novembre 1820 en son hôtel parisien 21 rue d’Anjou-Saint-Honoré, Paris, 1820.
Bins de Saint-Victor (J. B. M.), Musée des Antiques dessiné et gravé par P. Bouillon, Paris, Didot, [1821], III, pl. 3 (no 2).
Clarac (C. O. F. J.-B., comte de), Musée de sculpture antique et moderne, Paris, Impr. royale[-impériale], 1826-1853, pl. 462 E, no 848 B.
Reinach (S.), Répertoire de la statuaire grecque et romaine, I, Paris, Librairie Ernest Leroux, 1897, p. 231.
Martinez (J.-L.), Les Antiques du musée Napoléon. Édition illustrée et commentée des volumes V et VI de l’inventaire du Louvre de 1810, Paris, Réunion des musées nationaux, 2004, p. 125, no 200.
Martinez (J.-L.), dans La Revue des musées de France. Revue du Louvre. Acquisitions 2010- 2011, avril 2012-2, p. 56.

English version

This prestigious acquisition brings back to the Louvre one of the outstanding pieces of the collection of antiquities that belonged to Quintin Craufurd (1743–1819), a Scottish nobleman who was close to Marie-Antoinette and involved in the Flight to Varennes. His collection in his townhouse at 12 rue de Clichy was confiscated for the Louvre during the Revolution. Eight statuettes from this collection, including this Minerva with a Giant, were displayed in the Louvre from 1800 to 1815 and often published and illustrated. It was returned to its owner in 1815, but the collection was subsequently dispersed. This much-restored antiquity is one of the typical souvenirs of the Grand Tour that the Scot undertook at the beginning of the 1780s, after his return from Manila, where he had made a fortune as director of the British East India Company. The Minerva reproduces a variation of Phidias’s Athena Parthenos, which is known from several replicas. The association with the giant (Enceladus?) is known from documents (an intaglio in Munich and a small ivory group from Paestum) that seem to reproduce a composition from the second century bc.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet