Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Aux premiers temps de l'urbanisme : Tell Al-Rawda, une ville...

par Corinne Castel, CNRS, Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon

Tell Al-Rawda se situe à mi-chemin entre la Méditerranée et l’Euphrate, dans la steppe aride de Syrie. Sa découverte, loin des zones traditionnellement explorées, révèle, contre toute attente, que cette région est occupée dès le milieu du IIIe millénaire av. J.-C., non seulement par des pasteurs nomades, mais aussi par des sédentaires. Bien plus, Tell Al-Rawda offre l’image inédite d’une ville neuve de pionniers, née d’un plan d’urbanisme.

La Mission archéologique franco-syrienne, qui se caractérise par sa pluridisciplinarité, y a conduit 9 campagnes de fouille, entre 2002 et 2010. Les vestiges de la deuxième moitié du IIIe millénaire affleurent, préservés de toute réoccupation, et ont permis de dégager en extension des portes urbaines, des quartiers d’habitation et un vaste sanctuaire. Aux abords du site, des nécropoles, ainsi que des aménagements agraires et hydrauliques, ont été identifiés. Plus loin encore, l’équipe a conduit une prospection de surface qui révèle, à la même époque, une occupation dense du territoire et une diversité des modes d’occupation des sols en zone steppique.

Tell Al-Rawda apparaît comme une ville neuve, circulaire et fortifiée, fondée vers 2500 av. J.-C., loin des zones traditionnellement urbanisées. Cette ville de 16 ha, avec les quatre lignes de fortification qui l’entourent, est densément peuplée. Le bâti monumental et ordinaire s’organise autour d’une voirie radiale et concentrique et révèle l’existence d’un plan d’urbanisme préconçu. Tell Al-Rawda fut abandonné, sans destruction violente, vers 2200 av. J.-C.

Elle s’inscrit dans une série de villes de même type, dont on a découvert la structure géométrique récemment, notamment grâce aux prospections géophysiques qui y ont été réalisées. Ce modèle urbain très particulier, qui apparaît en Syrie du Nord dès les débuts de l’urbanisation de la Syrie, a fait l’objet d’un programme de recherche spécifique (ANR « Badiyah »).

C’est l’ensemble de ces recherches, en cours de publication, qui sera évoqué au cours de cette conférence. Nous aborderons, notamment, les raisons d’être de la fondation de la ville neuve d’Al-Rawda en zone aride, les relations entre les hommes et leur milieu, si décisives en contexte aride, et leur rôle éventuel dans l’abandon de la ville ; l’insertion de l’agglomération dans son territoire et ses liens avec les puissances régionales de l’époque.

Après avoir passé quatre ans à Damas (Syrie), entre 1989 et 1993, en tant que pensionnaire scientifique à l’Institut Français d’Archéologie du Proche Orient, Corinne Castel est entrée au CNRS en 1994, à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, à Lyon. Actuellement chercheur au laboratoire « Archéorient », elle est spécialiste de l’architecture et de l’urbanisme de l’âge du Bronze, en Méditerranée orientale, et des modes de vie en zone aride au Proche-Orient ancien.

Elle est directrice de la Mission archéologique franco-syrienne de Tell Al-Rawda, où elle a dirigé des fouilles entre 2002 et 2010, en collaboration avec le co-directeur syrien de la mission, M. Nazir Awad, de la Direction des Antiquités et des Musées de Syrie. En 2006, elle s’est vu remettre le 1er prix du concours CLIO de la recherche archéologique française à l’étranger pour ces travaux.

Entre 2009 et 2013, elle a coordonné le programme de recherche financé par l’Agence Nationale de la Recherche « Badiyah. Villes circulaires du IIIe millénaire av. J.-C. dans les marges arides de Syrie : genèse, développement et déclin » en collaboration avec J-W. Meyer, Professeur à l’université de Francfort. Ce programme s’est clôturé en novembre dernier par un colloque international qu’elle a organisé à Lyon, à la Maison de l’Orient : “Origins, Structure, Development and Sociology of Circular Cities of Early Bronze Age Syria”.

Auteur de nombreux articles et chapitres d’ouvrages, Corinne Castel a publié en 1992 Habitat urbain néo-assyrien et néo-babylonien ; de l'espace bâti à l'espace vécu et, en 1997, en collaboration avec Michel al-Maqdissi et François Villeneuve, les Actes du colloque international « La maison dans la Syrie Antique du troisième millénaire au début de l'Islam ; pratiques et représentations de l'espace domestique ».

 

Cycle(s) : Actualité de la recherche archéologique, 2013-2014

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.
 
Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Programme

Conférences de l’Actualité de la recherche archéologique

20 conférences en entrée libre : programme feuilletable en ligne

Cliquez ici