Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Jacqueline Lichtenstein. La pratique et la théorie du dessin :...

  • Attribué à BUONARROTI Michelangelo, Étude d'une main en dessinant une autre, Paris, musée du Louvre, INV 717, Recto - carrousel

Cycle de conférences et colloques Jacqueline Lichtenstein. La pratique et la théorie du dessin : XVe-XIXe siècle

Programme éducatif accessible à tous : 2 fois par saison, des cycles de 5 cours thématiques proposent des repères et des clés de lecture pour découvrir et comprendre les collections.

Un historien vous entraîne dans son époque de prédilection pour une initiation à l’histoire des arts. Il s’appuie sur des oeuvres du Louvre qu’il replace dans leur contexte culturel et historique et les met en rapport avec d’autres oeuvres.

Après « Couleurs au Moyen Âge » avec Michel Pastoureau, et « Le corps et le mouvement » avec Georges Vigarello, un nouveau thème d’histoire de l’art sera proposé à partir de novembre : « La pratique et la théorie du dessin : XVe-XIXe siècle » avec Jacqueline Lichtenstein, professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à l’université Paris-Sorbonne.

Ce que je n’ai pas dessiné, disait Goethe, je ne l’ai pas compris. Cette idée que le dessin ne consiste pas simplement à reproduire les contours, la forme visible des objets mais qu’il implique également un acte de connaissance, est au  cœur de la conception du dessin qui se développe à partir de la Renaissance, et dont témoigne le double sens du mot italien de disegno, qui signifie à la fois dessin et projet, tracé du contour et intention. Ce double sens sera conservé dans la langue française qui ne connaît qu’un seul mot : « dessein »,  pour désigner à la fois le dessin (au sens des arts du dessin) et l’intention (au sens de dessein, comme dans le vers de Racine : « le dessein en est pris, je pars cher Théramène »). Ce n’est qu’au milieu du XVIIIe siècle qu’apparaît la distinction orthographique entre « dessin » et « dessein ». Il est donc impossible de comprendre ce qu’ont été la pratique et la théorie du dessin à partir de la Renaissance si l’on ne tient pas compte de ce que signifiait le disegno en Italie, le « dessein » en France au siècle suivant. C’est aussi la conception du dessin impliquée dans l’idée de disegno qui explique que Vasari ait tenu à affirmer « il primato del disegno », et voulu définir tous les arts -peinture, sculpture, architecture- comme des arts du disegno.

Sans prétendre à aucune exhaustivité, nous nous proposons d’analyser les divers aspects de cette idée du dessin comme disegno, qui s’est exprimée en Italie d’abord, en France ensuite, aussi bien dans la pratique des artistes que dans les réflexions des théoriciens, et qui a joué un rôle essentiel dans la nouvelle image de l’art et de l’artiste. Nous nous attacherons plus particulièrement à son importance dans ce que l’on a appelé l’enseignement académique, c’est-à-dire la formation des artistes, ainsi qu’à ses effets dans les débats et querelles qui ont traversé l’histoire de l’art et de la théorie des arts (notamment dans la querelle entre dessinateurs et coloristes). Nous tâcherons enfin de suivre quelques-unes des transformations que cette idée du dessin comme disegno a connues au cours du XVIIIe siècle et du XIXe siècle et de donner une idée des diverses attaques qu’elle a subies (notamment au XIXe siècle).

7 novembre
Le primat du dessin à la Renaissance

21 novembre
L’importance du dessin dans la formation académique

28 novembre
Dessin /couleur

5 décembre
L’art du dessin au XVIIIe siècle

19 décembre
Dessiner le nu

Agenda des expositions et évenements
D L M M J V S
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 1 2 3

Toute la programmation

Vidéos

Retrouvez les conférences en ligne

Initiation à l'histoire des arts : cycles Michel Pastoureau, Georges Vigarello et Jacqueline Lichtenstein

Voir la vidéo


Documents liés

Programme détaillé du cycle : " Jacqueline Lichtenstein : La pratique et la théorie du dessin (XVe-XIXe siècle) "

(pdf, 1.8 Mo)

Téléchargement


Informations pratiques

Lieu :
Auditorium du Louvre sous la pyramide.

Tarif F : 6 euros, 5 euros (réduit), 3 euros (solidarité et jeunes)
Gratuit pour les adhérents Louvre jeunes et les étudiants en art

Réservations :
. Par téléphone : Au 01 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
. Sur place, à la caisse de l’auditorium, du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30, jusqu’à 19h30 les mercredis
et vendredis, et jusqu’au début des séances les soirs de programmation.

Informations :
01 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Tarifs et conditions des réductions  tarifaires 2013-2014

Acheter des places pour l'ensemble du cycle