Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Spectacle vivant et littérature>de 19h à minuitArt kept me out of jail. Une performance de Jan...

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Cette performance est réalisée grâce au soutien de Louis Vuitton.

Art kept me out of jail est une performance unique, créée pour le palais du Louvre. Jan Fabre a choisi pour site la galerie Daru, qui conserve l’un des dispositifs muséographiques les plus suggestifs du Louvre de Napoléon III.

La présentation en enfilade des effigies de dignitaires romains, des sarcophages sculptés et autres antiques de la collection Borghèse, mène le spectateur au pied de la Victoire de Samothrace. L’action, le geste et le texte de Jan Fabre font effraction dans cet espace chargé de symboles et nouent avec les œuvres une tentative de conversation. Les thèmes de la mort, du déguisement et de la métamorphose, guident cette méditation nocturne qui engage le rôle de l’artiste face au musée. Le dedans et le dehors entrent en résonance alors que la performance est visible en temps réel, par une installation vidéo à ciel ouvert, dans la cour Napoléon.

Jan Fabre conçoit sa pratique artistique comme un continuum organique où dialoguent les arts plastiques, la scène et les langages du corps. Plasticien de formation, il entreprend à la fin des années 1970 une série de petites performances filmées en plan fixe, où il exécute des actions simples : allumer une allumette, tenir un revolver sur sa tempe, enfiler un sac par-dessus sa tête. Rapidement, ses performances intègrent une relation iconographique au théâtre ancien et surtout à la tradition figurative de l’art occidental. Emaillées de références visuelles, articulant plusieurs registres symboliques, les actions s’enchaînent dans une structure distendue, dans une respiration poétique où le texte et l’image se répondent. Le rythme, l’atmosphère, sont donnés par le lieu et le temps : l’artiste ne présente que des performances uniques, sans répétition, expériences à la fois physiques et conceptuelles. Il se glisse dans une temporalité hors de l’ordinaire, dans un espace partagé avec le public, étirant le moment jusqu’aux limites de sa propre résistance physique. Dans Virgin-Warrior / Warrior-Virgin, sa dernière performance à Paris (au palais de Tokyo en décembre 2004), l’artiste dialoguait, pendant plusieurs heures, avec l’artiste corporelle Marina Abramovic, l’un et l’autre vêtus d’armures dessinées par Jan Fabre.


Evénement(s) : Jan Fabre : performance, projections et débats

Informations pratiques

Lieu

Galerie Daru et cour Napoléon