Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Jardin du Carrousel et des Tuileries

Collections, départements et domaine Jardin du Carrousel et des Tuileries

Les jardins des Tuileries et du Carrousel forment un écrin de verdure autour du Palais du Louvre. Lieux de promenade s'animant au rythme des saisons, ils sont aussi le cadre d'activités proposées pour les petits et les grands.

Retour à la liste

Les Jardins des Tuileries et du Carrousel, vaste espace de 26 hectares, accueillent chaque année près de 14 millions de visiteurs.

Le Jardin du Carrousel

Cette entrée des jardins côté Louvre est matérialisée par la réalisation de deux tertres plantés. Les rayons des haies d’ifs taillés forment un éventail ouvert depuis l’arc de triomphe jusqu’à la terrasse des Tuileries. Vingt sculptures de Maillol semblent y jouer à cache-cache.

Le Jardin des Tuileries

Le Jardin des Tuileries est le plus vaste et le plus ancien jardin public de Paris. Depuis le 1er janvier 2005, il est rattaché à l'établissement public du musée du Louvre dans un souci de valorisation culturelle reposant sur la reconstitution de l'ensemble historique cohérent du Louvre et des Tuileries. Le jardin, avec son art paysager, ses perspectives, ses sculptures, est en effet le complément naturel du Palais et appartient bien au vaste ensemble palatial conçu par les rois de France. Tant le caractère exceptionnel de ce monument historique que le souci d'en préserver l'intégrité laissent penser que la réunion de ces deux ensembles permettra de faire entrer au Louvre un art majeur, celui des jardins, et d'en assurer la conservation.

Les architectes paysagistes ont choisi de préserver la part historique du lieu : les bosquets du Grand Couvert ont été conservés et restaurés ; 800 arbres sur 2860 ont été replantés.
Le Jardin de Napoléon III a été maintenu dans son esprit : tout en conservant les grands arbres et les fossés qui matérialisaient les limites de ce jardin privé par rapport au jardin public, l’unité du Grand Carré a été renforcée par le tracé des pelouses et des parterres fleuris.
Si pour les deux exèdres, les architectes ont introduit un plan d’eau, les murs, bassins, rampes du fer à cheval côté Concorde, grilles ont été restaurés à l’identique.
Pendant les travaux, des équipement techniques indispensables à la gestion du jardin ont été installés : l’arrosage automatique, l’éclairage, l’assainissement des locaux pour les équipes de surveillance (17 agents de sécurité) et les vingt jardiniers.

Les arbres
Leur hauteur maximum est fixée à 2m20. On pratique le taillage en rideau qui accentue l’axe de perspective depuis la Pyramide de Pei jusqu’à l’Arche de La Défense.
Les espèces sont très diverses rappelant celles plantées tout au long de l’histoire du jardin : différentes types de chênes (chêne vert, chêne liège, chêne chevelu, …), ormes, aulnes, frênes, ifs, peupliers, tilleuls, marronniers, platanes, érables, mûriers blancs, … Dans le Grand carré, on trouvera des arbres de différentes tailles : micocouliers, ifs, pins, arbres de Judée, sophoras, hêtres pourpres, marronniers, orangers, magnolias, gleditschia.
Certains de ces arbres sont bicentenaires. Des tranches de replantations sont nécessaires : il s’agit d’un jardin public et le sol ne peut rester jonché de feuilles pourtant nécessaire à l’enrichissement du sol ; ce sol très clair produit une forte réverbération qui déshydrate les arbres fragilisés par le passage et les piétinements ; en plein centre de Paris, les arbres souffrent de la pollution.

Les fleurs
Deux fois par an au printemps et à l’automne les jardiniers plantent et replantent jusqu’à 70 000 plants et bulbes en provenance du domaine de Saint Cloud sur les 7 000 m² du Grand Carré.
Des plantes vivaces marquent la perspective dans les massifs du Grand carré : iris, géraniums, lythrums, anémones du Japon, asters, …
A l’automne sont plantées les plantes bisannuelles : pensées, giroflées, myosotis, jacinthes, tulipes qui sortent de terre dès les premiers rayons du soleil.
En mai, c’est le tour des plantes annuelles qui fleuriront jusqu’à l’automne. Le Jardinier en chef conçoit chaque année un plan de plantation avec des critères précis : les fleurs doivent s’épanouir sur une hauteur de 70 cm à 1m20, avec un échelonnement de la floraison de mai à octobre, tout en créant des jeux de couleurs : cosmos rouges, rudbeckias jaunes, dahlias, graminées, …
Au niveau des « Roseraies » du côté de la Concorde, le début du printemps verra la floraison des tulipes tandis que devant le Jeu de Paume se dresse une platebande jaune de narcisses. Aux beaux jours, réapparaissent la soixantaine de bacs d’orangers (qui hibernent dans l’Orangerie de Meudon) installés au niveau des « Roseraies ».

Informations pratiques

Accès :

Entrées
Place de la Concorde
Rue de Rivoli
Quai des Tuileries
Avenue du général Lemonnier
Passerelle Solferino

Métro, bus :
Métro : lignes 1, 7, 8, 12 et 14
Bus : lignes 21, 24, 27, 39, 42, 48, 68, 69, 72, 73, 81, 84, 94, 95 et Balabus

Horaires :
- du dernier dimanche de mars au 31 mai : de 7h à 21h
- du 1er juin au 31 août : de 7h à 23h
- du 1er septembre au dernier samedi de septembre : de 7h à 21h
- du dernier dimanche de septembre au dernier samedi de mars : de 7h30 à 19h30.

L'évacuation du public débute une demi-heure avant l'heure de fermeture.