Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Objets d'art

Collections, départements et domaine Département des Objets d'art

Le département des Objets d'art abrite un ensemble unique au monde d'objets de formes, de matières et d'époques très variées allant du haut Moyen Âge au XIXe siècle : bijoux, orfèvrerie, émaux, ivoires, bronzes et pierres dures, céramiques, verrerie, vitraux, meubles, tapisseries…

Retour à la liste

Une première collection chargée d'histoire

La présence au Louvre d'objets d'art provenant du Garde-meuble royal était déjà prévue lors de la création du Museum par le décret de la Convention du 27 juillet 1793. Les statuettes en  bronze et les gemmes de la Couronne entrèrent un peu plus tard, en 1796, de même que les vestiges prestigieux des trésors de la Sainte Chapelle et de l’abbaye de Saint-Denis, comprenant les vases assemblés par l'abbé Suger et les Regalia du sacre des rois de France. Ce premier noyau, comportant aussi des saisies de biens d'émigrés, fut augmenté d’objets rapportés des conquêtes révolutionnaires et impériales ainsi d’achats exceptionnels comme le Bouclier et le Casque de Charles IX. En 1802, alors que Dominique-Vivant Denon devenait directeur du Museum, les objets d'art relevaient du département des Antiques confié à Ennio Quirino Visconti remplacé, à sa mort en 1818, par le comte de Clarac. Entre temps, la collection initiale s’était amoindrie par la vente en 1798 de seize objets provenant de Saint-Denis, les réquisitions effectuées par Napoléon Ier pour les palais et la restitution d'œuvres provenant des conquêtes napoléoniennes en 1815.

Une extension spectaculaire au XIXe siècle

La politique d'acquisition très active sous la Restauration permit l'entrée de collections entières comme celle de l'amateur fortuné Edme-Antoine Durand (1825) et celle du peintre Pierre Révoil (1828), réunissant de magnifiques ensembles d’objets de techniques diverses pour le Moyen Âge et la Renaissance. Ces efforts ne furent pas poursuivis sous Louis-Philippe, mais le Louvre put néanmoins recueillir le trésor du Saint Esprit lors de la suppression de l’ordre en 1830. A la mort du comte de Clarac, en 1847, les collections d'objets d'art, associées à celles de Sculpture et d'Antiquités grecques et romaines, furent confiées au marquis de Laborde qui démissionna en 1854.
Le Second Empire marqua une nouvelle extension des collections d'objets d'art au moyen d'une création éphémère : le musée des Souverains, institué par Napoléon III, le 15 février 1852, qui regroupait des œuvres liées à l’histoire de la monarchie de Childéric à Louis-Philippe prélevées notamment dans les collections du Louvre, du Garde-meuble royal, de la Bibliothèque nationale. Le conservateur était le comte Horace de Viel-Castel auquel succéda en 1863 Henry Barbet de Jouy. Les principaux enrichissements dans ces années furent l’entrée de la collection Sauvageot en 1856 et de la collection Campana en 1861.
A partir de  1870, les  collections furent progressivement étendues aux XVIIe et XVIIIe siècles grâce à des versements successifs du Mobilier national, comprenant notamment des meubles et objets sauvés avant les incendies des Tuileries et de Saint-Cloud. Le musée des Souverains ayant été supprimé dés 1872,  les objets d'art fusionnèrent de nouveau avec la Sculpture sous la direction de Barbet de Jouy puis d'Edmond Saglio. Cette situation dura jusqu'en 1893 date à laquelle le département des objets d'art devint indépendant. Les nouvelles salles du mobilier XVIIIe furent installées par Emile Molinier en 1901.

Des grandes collections aux dations

L'histoire du département des objets d'art à la fin du XIXe et au cours du XXe siècle est jalonnée de dons et legs de grandes collections, sans oublier les dons réguliers faits par les amis du Louvre. En 1880 le legs Thiers, puis en 1922 celui de la baronne Salomon de Rothschild mêlaient des objets de la Renaissance avec des bijoux et porcelaines du XVIIIe siècle. D’autres collections centrées sur une même époque donnaient toujours la préférence au Moyen Âge et à la Renaissance (collections Davillier, Adolphe de Rothschild, Arconati Visconti), tandis que le XVIIIe siècle était à l’honneur dans les ensembles constitués par Isaac de Camondo et Basile de Schlichting. Ces fonds prestigieux s'accrurent encore de nombreux dons après la dernière guerre, en particulier ceux de M. et Mme David David-Weill en 1946, M. Stavros S. Niarchos en 1955 et de M. et Mme Grog-Carven, 1973. A partir de 1972, des objets de premier ordre entrèrent par la procédure des dations.
Bénéficiant de l'espace libéré par le ministère des Finances, les collections furent redéployées dans l’aile Richelieu : les nouvelles salles destinées au Moyen Âge et à la Renaissance furent inaugurées en 1993 et l'espace dévolu au XIXe siècle, faisant la jonction avec les appartements historiques aménagés sous Napoléon III, ouvrit au public en 1999.

Informations pratiques

Centre de documentation

Horaires : du lundi au vendredi, de 14h à 17h30, fermé le mardi
Droit d'accès : libre
Lieu : Porte Rohan, 101 rue de Rivoli, 5e étage
Contact : sledoc@louvre.fr
Tél : 01 40 20 56 42