Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Sculptures

Collections, départements et domaine Département des Sculptures

Le département des sculptures du Moyen Âge, de la Renaissance et des Temps modernes présente la plus importante collection au monde de sculptures françaises dans l'aile Richelieu, et des chefs-d'œuvre de la sculpture italienne et germanique dans l'aile Denon.

La section Histoire du Louvre rassemble la documentation relative à l’histoire générale du musée et du palais. Elle conserve les objets issus des fouilles menées sur le domaine.

Retour à la liste

La constitution progressive de collections

Déjà sous l'Ancien Régime, le Louvre abritait des sculptures médiévales et modernes. Les commandes royales inutilisées ou démontées (Charles V et Jeanne de Bourbon, Catherine de Médicis par G. Della Robbia, groupes de Pilon, Alexandre et Diogène de Puget, bustes, série des hommes illustres réalisée pour le futur Muséum) étaient rassemblées dans une salle dite des Antiques, actuelle Salle des Caryatides, au rez-de-chaussée de la Cour carrée. Le sculpteur Pajou en fut le garde de 1777 à 1792. Non loin étaient conservées les collections de l'Académie de Peinture et Sculpture : série complète des morceaux de réception, bustes des protecteurs et dons variés (Marie Serre et Autoportrait par Coysevox).
Lorsque le Muséum ouvre ses portes en 1793, bien peu de sculptures modernes y sont présentées. On y trouve les Esclaves de Michel-Ange arrivés avec les saisies des biens des émigrés en 1794 ainsi que quelques bustes d'artistes (Raphaël, Carrache) qui seront complétés par les commandes de série de bustes d'artistes pour les salles de peinture, et surtout des copies d'Antique, dont de nombreux bustes de bronze. Sous la Révolution, le grand musée de sculptures est le Musée des monuments français, organisé par Alexandre Lenoir au couvent désaffecté des Petits Augustins. Il est concurrencé par le Musée spécial de l'école française du palais de Versailles, ouvert en l'an X, qui expose entre autres les morceaux de réception à l'Académie. A la Restauration, le Musée des monuments français est fermé ; certaines œuvres, en raison de leur qualité esthétique, sont affectées au Louvre.

Le « musée de Sculpture moderne »

En 1824 est inauguré le « musée de Sculpture moderne » au rez-de-chaussée de l'aile ouest de la cour carrée, dans ce qu'on appela la «Galerie d'Angoulême ». Cinq salles furent peuplées de près d'une centaine de sculptures présentées dans un élégant mélange de styles et d'époques. La liste civile des souverains acquit par la suite peu de sculptures. Sous Louis-Philippe, le gouvernement se préoccupe surtout du nouveau musée historique de Versailles.
Mais, à partir de 1847, Léon de Laborde, qui au sein du département antique est plus spécialement chargé des époques récentes, cherche à donner de la vigueur à la galerie. Sa politique est poursuivie par le nouveau directeur Jeanron, secondé par Longpérier. Ils rapportent de Versailles les morceaux de réception, les œuvres de Pilon et de Puget. Trois salles de la galerie d'Angoulême sont remaniées selon des critères historiques. Les collections de la Renaissance sont transférées dans l'aile sud de la cour carrée, à l'est du pavillon des Arts tandis que la sculpture moderne peut occuper toute l'ancienne galerie d'Angoulême. Une politique d'acquisition volontariste est menée. Un vestibule consacré à la statuaire médiévale est inauguré. Il présente, face à la statue de Childebert, la première statue acquise de cette époque : la Vierge provenant de Blanchelande (1850). En 1855 Barbet de Jouy publie un catalogue répertoriant trois cent quatre vingt huit numéros.

La création du département des Sculptures

En 1871 les collections sont détachées de celles des Antiques pour être réunies à celles des Objets d'art, sous l'autorité de Barbet de Jouy à qui l'on doit l'acquisition de la Vierge d'Olivet et celle de la première sculpture italienne : la Porte de Crémone. En 1893, les Sculptures deviennent une entité séparée des Objets d'art, sous la houlette de Courajod. Ce dernier acquiert les premières œuvres romanes, offre un grand Christ bourguignon, fait entrer les plus importantes sculptures italiennes et obtient de nombreux dons. En 1900, le catalogue publié par son successeur Michel recense 867 numéros. Michel et Vitry poursuivent l'œuvre de Courajod. Les legs et dons de collectionneurs se font de plus en plus nombreux et la Société des amis du Louvre offre des œuvres prestigieuses.
Le plan de Verne assigne au département les salles du rez-de-chaussée du pavillon des Etats et de l'aile de Flore. Vitry réalise le programme des nouvelles salles inaugurées en 1934 et en 1936. Les sculptures des XVIIIe et XIXe siècles ne sont déployées dans le pavillon de Flore, qu'après 1968, sous la direction de Pradel. Le départ vers le musée d'Orsay en 1986 des sculptures de la seconde moitié du XIXe siècle précède de peu le transfert total des collections dans de nouveaux espaces. Dans le cadre du projet Grand Louvre, les sculptures se répartissent dans deux secteurs, inaugurés en 1993 et en 1994 : collections françaises au rez-de-chaussée de l'aile Richelieu autour des cours couvertes Puget et Marly ; collections étrangères, à l'entresol et au rez-de-chaussée de l'aile Denon.

Informations pratiques

Documentation du département

Horaires : La documentation du département des Sculptures et ouverte au public du lundi au vendredi de 9H30 à 12H30.

Droit d'accès : libre
Conditions de prêt : pas de prêt
Se munir d’une pièce d’identité
Lieu : Aile de Rohan, 5e étage – 101 rue de Rivoli
Tél. : 01 40 20 50 59 (le matin)

Section Histoire du Louvre
Documentaliste scientifique : Sophie PiCOT-BOCQUILLON (sophie.picot-bocquillon@louvre.fr)

Horaires : Ouverture sur rendez-vous
Droit d’accès : historiens d’art, conservateurs, chercheurs, étudiants, conférenciers, documentalistes
Conditions de prêt : pas de prêt
Se munir d’une pièce d’identité
Lieu : Aile de Rohan, 5e étage – 101 rue de Rivoli
Contact : sophie.picot-bocquillon@louvre.fr
Tél. : 01 40 20 59 79