Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Des ruines aux débris : le monument et le sol dans la seconde...

En partenariat avec :

par Alain Schnapp, université de Paris 1 - Panthéon-Sorbonne
avec Etienne Jollet, Université Paris I Panthéon-Sorbonne

Le XVIIIe siècle est caractérisé par la mise en valeur du sol non plus en tant qu’étendue mais en tant qu’épaisseur, sous la triple valorisation suscitée par l’essor de la minéralogie puis de la géologie, de l’archéologie nationale et de la physiocratie. La notion de « monument », au sens restreint d’instance de remémoration, et notamment le monument royal, se trouve affecté par une telle évolution. Elle l’est tout d’abord par le développement d’un imaginaire du monument au futur, par avance perçu en tant que ruine. Elle l’est ensuite dans les effets de confusion qui s’opèrent avec le monument entendu comme « ruine naturelle » : avec le triomphe du végétal sur le minéral, le monument tend à s’inscrire dans une histoire de la Terre. Elle l’est enfin dans son rapport avec une histoire nationale dont l’importance devient majeure avant et pendant la Révolution française : c’est la réflexion sur les « débris » du monde ancien et de leur utilisation au sein du monument révolutionnaire qui désormais l’emporte. Historicisation de la nature, « naturalisation » de l’histoire : c’est cette double tension, au sein de laquelle se trouve prise l’image du pouvoir.

Cycle(s) : Alain Schnapp, Une histoire universelle des ruines

Informations pratiques

Lieu :
Auditorium du Louvre

Vidéos

VIDEO

Découvrez la captation en vidéo de cette manifestation

Voir la vidéo