Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Evénements>Deux pleurants du tombeau de Jean de Berry

Il y a tout juste 600 ans mourait le duc de Berry, Jean de France (1340-1416). Par une belle coïncidence, le musée du Louvre vient d’acquérir deux pleurants provenant de son tombeau et dus au sculpteur Jean de Cambrai, au début du 15e siècle.

Ils viennent rejoindre deux autres pleurants déjà conservés dans les collections du musée et qui appartiennent à une seconde campagne de travaux, du milieu du 15e siècle, par Etienne Bobillet et Paul Mosselmann. Ces deux derniers pleurants, actuellement visibles au Pavillon de l’Horloge (2e étage), sont eux en albâtre, contrairement aux pleurants que le Louvre vient d'acquérir, réalisés en marbre.

Le duc de Berry doit avoir commandé son tombeau après 1403. Il s’adressa à l’un de ses sculpteurs favoris, Jean de Cambrai. Le tombeau était probablement inachevé à la mort du duc en 1416, puisqu’au milieu du 15e siècle, le roi Charles VII (1422-1461) dut régler aux héritiers de Jean de Cambrai un payement partiel et qu’il demanda à deux sculpteurs, Etienne Bobillet et Paul Mosselmann, la réalisation des pleurants manquants.

Le style de Jean de Cambrai est bien reconnaissable sur les deux pleurants que le Louvre vient d’acquérir et se retrouve sur les autres œuvres dues au sculpteur (notamment les trois autres pleurants du tombeau, conservés à Bourges et Saint-Petersbourg, le relief orné du Sommeil des apôtres, ou encore la Vierge à l’Enfant de Marcoussis). De manière paradoxale, alors que Jean de Cambrai exerce son art au cœur d’une période, le « gothique international », caractérisée par la recherche du mouvement, de la fantaisie, voire de la bizarrerie, son style est marqué par une simplicité des formes qui va presque jusqu’à l’abstraction. Dans les deux pleurants du Louvre, le costume de deuil enveloppe le corps comme le suaire d’un cadavre ou d’un fantôme, mais le mouvement des mains qui remontent anime le bas des drapés et les retrousse en forme de nuage. Le gisant du duc est tout aussi original. Si l’effigie montre les traits bien reconnaissables de Jean de France et présente le défunt dans tout son apparat, le duc tient un phylactère dont le texte évoque le caractère éphémère de la noblesse, des richesses et de la gloire terrestres.

Cette acquisition a été rendue possible grâce à l'aide et au soutien actif du Ministère de la Culture et de la Communication.

Informations pratiques

Cette oeuvre est actuellement visible dans la salle d'actualités du département des Sculptures,
Richelieu, rez-de-chaussée

A noter : Cette nouvelle acquisition sera l’objet de la conférence " Oeuvre en scène" du 26 avril 2017 à l’auditorium du Louvre :
"Un deuil apaisé. Les pleurants du tombeau de Jean de France, duc de Berry", par Pierre-Yves Le Pogam, musée du Louvre.

Cartel technique

Jean de Cambrai (mort en 1438)
Début du 15e siècle
Pleurant avec capuchon rabattu
Marbre
Paris, musée du Louvre
RF 2016-3-1

Pleurant au rosaire
Marbre
Paris, musée du Louvre
RF 2016-3-2