Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Expositions>Les Fantômes du Louvre - Enki Bilal

Bilal est au Louvre… Il photographie près de 400 oeuvres emblématiques, sous un angle souvent décalé,  inattendu. Il en choisit 23, qu’il fait tirer sur des toiles de 50 x 60 cm. Sur ces tirages, il peint à l’acrylique et au pastel… 23 fantômes.

Ce sont des femmes, des hommes, des enfants. Ils sont morts depuis longtemps, souvent de manière violente… Ils sont légionnaire romain, muse, peintre, officier allemand… Ils errent au Louvre près de l’oeuvre qui les a marqués à jamais, qui a fait basculer leur vie : la Joconde, la Victoire de Samothrace, un Christ couché, un buste égyptien, la Chambre à alcôve… Bilal les a immortalisés en personnages  évanescents, comme autant d’âmes errantes. Il a subtilement joué sur le « faire apparaître » pour finir par leur donner une présence singulièrement forte. Et il relate leur vie. Des biographies, dramatiques comme il se doit, qui  croisent la vérité historique, et souvent la création de l’oeuvre. Les toiles de Bilal seront présentées au Louvre, au sein de la prestigieuse salle des Sept-Cheminées. Une exposition exceptionnelle pour un travail magistral dont la technique ne permet pas le droit à l’erreur.

Commissaire(s) :

Fabrice Douar, musée du Louvre, service des Editions

Vos commentaires

  • Salut, les Copains ! Bon, il se trouve que je m'appelle moi aussi Michel Pagnoux et que je suis moi aussi artiste, mais je tiens à préciser haut et fort que je ne suis pas du tout d'accord avec les propos de mon homonyme: Bilal est un grand artiste et tant mieux s'il se frotte au Louvre et merci au passage à ceux qui ont eu le courage de l'inviter.
    Comme quoi un Michel Pagnoux peut parfois en cacher un autre......Appelez-moi SOLID', comme ça, les choses seront claires.........

    SOLID', 07-02-2014 à 21h58

  • Voilà une approche tout à fait inhabituelle. Je suis tout à fait d'accord sur le fait que que cette exposition jette un nouveau regard sur les œuvres du Louvre...
    Christian Pellerin

    chris, 09-09-2013 à 13h41

  • Je n´ai pas encore vu cette exposition (qui est à mon programme), mais les commentaires de mr Pagnoux et de Lovely Elsa m´incite à y courir au plus vite,... moi un stupide ado de 66 ans.
    Jean-Pierre Biard

    Jonsteinn, 05-03-2013 à 09h30

  • Remarquable petit défilé des pseudos. des noms cachés, des faux-nez, des fantômes. Ce courage dit tout, à lui seul, du fondement des commentaires.
    Michel Pagnoux.

    Sans, 20-02-2013 à 13h48

  • La laideur est invitée au Louvre, la barbarie gagne du terrain… Triste France.

    Lovely Elsa, 19-02-2013 à 00h36

  • Du lieu sacré du Louvre, Pagnoux est le vieux troll
    De sa bile il recouvre et c'est çà qui est drôle....
    Car à le lire ainsi si raide et si critique,
    Nous prend une seule envie , y courir au plus vite !!

    Pi Bod, 16-02-2013 à 15h17

  • Jolie caricature de rétrograde artistique effarouché! Mr Michel Pagnoux nous a bien sûr monté un canular avec ses protestations poussiéreuses, digne d'un critique médiéval s'étouffant d'horreur devant une voûte gothique. Un indice "les adolescents actuels" : j'ai 42 ans, et je suis pourtant de ces amateurs des oeuvres de Bilal ( et Max Ernst, Delacroix, Vinci, Vermeer, Japonais anciens, statuaire greque, peintures rupestres...)

    Ny-Paris-Lyo, 08-02-2013 à 23h27

  • ".. Goya et consorts", cela se nomme Le Louvre. Il reste en effet à en dire. Dites... dites...
    Quant à mon nom - méfiez-vous comme moi des homonymies - , je rends volontiers grâce au courage du vôtre, honorable et distingué Monsieur Woulfy.
    Michel Pagnoux.

    Sans, 05-02-2013 à 20h51

  • A Michel Pagnoux :

    faut-il que vous soyez obtus ou imbus de votre personne pour porter un tel jugement. Je viens d'aller voir vos ''oeuvres'', et bien un conseil si je peux me permettre, restez où vous êtes et n'en sortez pas ! Il ne vous sera sans doute jamais proposé d'exposer au Louvre, et c'est tant mieux ! C'était pour la petite pique personnelle ...

    Quand à Bilal, il était du XXème et aujourd'hui du XXIème siècle, c'est un contemporain créatif, qui a son univers.
    Que dire d'autre de Goya et consorts ? La même chose ... A chacun son siècle et son univers. Ces peintres que vous aimez tant étaient eux aussi décriés par des incultes de votre rang, et pourtant, ils ont traversé le temps jusqu'à nous.
    Longue vie à Mr Bilal, dont je vais de ce pas admirer son travail.
    Bien à vous.

    Woulfy, 04-02-2013 à 22h13

  • à Monsieur Fabrice Douar :
    Bilal au Louvre. Vous en portez la responsabilité. Ce projet est une insulte à l'Histoire, à l'art, aux artistes, à la critique, à l'esthétique et au simple bon sens. C'est une insulte à nos capacités de connaissance, d'appréciation, de savoir et de discernement. C'est une insulte au Louvre comme à celles et ceux qui, depuis des siècles, se sont mobilisés pour en faire la vitrine de la création que les siècles nous ont léguée.
    Vous avez cédé à la pression de ce versant de notre modernité qui monnaye son image et celles qu'elle produit et s'emploie à subvertir les institutions pour en recueillir reconnaissance et marché.
    A supposer que vous ayez vu une oeuvre de Vinci, de Poussin, de Chardin, de Goya, vous n'en avez rien retenu. A preuve, vous rangez Bilal dans le même Panthéon ; vous confondez oeuvre et écume ; vous confondez pensée à l'oeuvre et démarche populiste ; tout discernement critique vous manque et ce qui ravit les adolescents actuels ne saurait être sur le champ l'objet de l'onction institutionnelle. Le Louvre !
    Bilal ? Ce n'est rien. Au mieux, des images. Médiocres, normalisées, vises, sinistres. Elles ne comportent ni chair, ni cet ingrédient qui nous permet de distinguer une illustration d'une oeuvre touchant à la plénitude de son projet.
    Vous faites moderne. Vous en êtes persuadé. Ce faisant, vous faites entrer au Louvre, d'un geste sans pensée, tout ce que les oeuvres du Louvre, toutes, repoussent, refusent, ne sauraient en aucun temps accepter : l'effet, le médiocre, l'illusoire, la mal peint, le mal dessiné, le ni fait ni à faire.
    Bilal convient aux étals des marchands de BD. Vous lui avez offert le Louvre. Et la confusion des niveaux, des esprits, du sens des oeuvres, porte désormais un nom, le vôtre. Comment peut-on, à votre place, rabaisser ainsi le niveau de ce que l'art cherche et parvient à atteindre.
    Et ce propos n'est qu'un début.
    Michel Pagnoux. Agrégé de l'Université, peintre, Directeur d'école d'art honoraire, essayiste.
    Les Augiers. 26460. Crupies.

    Sans, 04-02-2013 à 13h46

  • Intéressant, mais sauf erreur ou omission de ma part, un fantôme du livre ne figure pas dans l'exposition. Serait-ce un effet pervers de la vie de fantôme.

    Eric, 04-01-2013 à 17h21

  • 23 histoires de fantômes qui ne laissent pas indifférent. Une approche qui renouvelle le regard sur les œuvres du musée. A voir !

    Chic&geek, 26-12-2012 à 15h39

  • 23 histoires de fantômes qui ne laissent pas indifférent. Une approche qui renouvelle le regard sur les œuvres du musée. A voir !

    Chic&geek, 26-12-2012 à 15h38

  • 1 / 1

    Nb par page :5 -10 -15

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou créez votre compte Mon Louvre pour poster des commentaires.
Connexion | S’inscrire

Informations pratiques

Du 20 décembre 2012 au 18 mars 2013

Lieu :
Aile Sully, 1er étage, salle des Sept-Cheminées

Horaires :
Tous les jours de 9h à 18h, sauf le mardi.
Nocturnes, mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.

Tarifs :
Accès avec le billet d’entrée au musée : 11 €

Renseignements :
01 40 20 53 17

Autour de l’exposition

Conférences et colloques


Boutique en ligne

Enki Bilal

Les fantômes du Louvre

25€

Acheter