Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Expositions>Eugène Isabey (1803-1886) Par les ruelles et par les grèves

Exposition Eugène Isabey (1803-1886)
Par les ruelles et par les grèves

du 5 Juillet 2012 au 17 Septembre 2012

Cette exposition consacrée à Eugène Isabey présente l'exploration inédite des paysages normands et bretons par un artiste dont la palette et la virtuosité font regarder autrement le spectacle de la nature.

La réputation d’Eugène Isabey (1803-1886) n’a guère connu d’éclipse : l’abondance de son oeuvre a assuré sa postérité sans besoin d’un procès en réhabilitation. Fils de Jean-Baptiste Isabey (1767-1855), le plus célèbre des miniaturistes de l’Empire, Eugène sut imposer avec fougue son prénom : à la précision et à la suave délicatesse de l’un, l’autre répondit par la richesse de sa palette et la générosité de sa touche. En dramaturge romantique, Eugène Isabey orchestra d’emblée d’immenses scènes de naufrage. Ouvert aux innovations d’outre-Manche, il sut pareillement renouveler l’art du paysage lithographié, révélant une Auvergne tourmentée qui n’avait rien à envier à l’Écosse de Walter Scott. Isabey emprunta aussi le goût des costumes historiques à la littérature de son temps. Ses évocations chatoyantes de la cour d’Elisabeth ou des derniers Valois lui assurèrent une clientèle avide de retrouver ainsi transfigurés les fastes du Second Empire.

Fondée principalement sur les richesses du département des Arts graphiques, cette exposition estivale s’attarde moins sur cette production de cape et d’épée que sur l’exploration inédite des rivages normands et bretons. D’Étretat à Saint-Malo, cette vision tourmentée de côtes déchiquetées, tour à tour battues par les vents ou écrasées de soleil, nous rappellent que derrière le virtuose de la gouache et de l’aquarelle, se cache un artiste authentique, de ceux qui font regarder autrement le spectacle de la nature, leçon à laquelle furent sensibles Jongkind comme Boudin.

Commissaire(s) :

Christophe Leribault, musée du Louvre, département des Arts graphiques

Vos commentaires

  • Très intéressant. Les réalistes, le plus souvent, sont assez ennuyeux en plus de ne plus être à la mode. Mais là, on a la démarche d'un reporter ce qui est alors vraiment moderne pour le milieu du 19eme sc. Sa technique devient donc très adaptée et en fait bien moderne. Certaines toiles sont des interprétations pré impressionnistes (la mer des Rochers à St-Malo) voire même des "pré-Gauguin"... Et quels croquis !

    janodou, 23-08-2012 à 11h33

  • Прекрасный,тонкий художник.Гармония виртуозной техники без всякого подавления собственного видения мира.Спасибо за приятное открытие.

    Youri, 17-07-2012 à 21h30

  • une peinture qui me touche , d'une grande sensibilité et qui restitue une réalité des lieux , un temoignage authentique d'une autre vie , un artiste que je decouvre grace a vous
    Merci pour cette belle empreinte humaine !

    osmoze, 09-07-2012 à 20h44

  • 1 / 1

    Nb par page :5 -10 -15

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou créez votre compte Mon Louvre pour poster des commentaires.
Connexion | S’inscrire

Informations pratiques

Du 5 juillet au 17 septembre 2012

Lieu :
Aile Sully, 2e étage, salles 20-23.

Horaires :
Tous les jours de 9h à 18h, sauf le mardi.
Nocturnes, mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.

Tarifs :
Accès avec le billet d’entrée au musée : 11 €

Renseignements :
01 40 20 53 17
 

Boutique en ligne

Eugène Isabey

Catalogue de l'exposition

Acheter