Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Expositions>Jean-Luc MoulèneLe Monde, le Louvre

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Art contemporain

Jean-Luc Moulène donne sa vision du Louvre qui s'offre comme un objet fascinant qu'il veut montrer autrement. Il exerce une oscillation entre l'objet et la photographie en représentant des objets inédits sous forme d'un document papier.

Le travail de Jean-Luc Moulène porte plus sur le statut de l’image et sa diffusion que sur la photographie proprement dite. Il s’intéresse également à la nature et à la signification de l’objet – qu’il soit quotidien ou artistique – sous toutes ses formes et sous ses divers angles de vue. Jean-Luc Moulène s’est fait connaître dans les années 90 avec Disjonctions (1996), qui inaugurait un travail critique sur le principe de la série, composé des Objets de grève (1999), des Produits de Palestine (2002-2005) et tout récemment des Filles d’Amsterdam exposées au Jeu de paume (mars 2005). Pour le Louvre, Jean-Luc Moulène propose de photographier, dans des conditions identiques et à la lumière du jour, vingt-quatre objets sélectionnés dans les collections du musée. Ce choix subjectif porte sur des statuettes de petites dimensions, datant pour la plupart de l’Antiquité, et représentant des dieux ou déesses, des figures tutélaires, hybrides ou grotesques. Ces objets curieux et souvent inédits, qui, par leur juxtaposition, forment une sorte de musée imaginaire personnel, sont reproduits en pleine page dans un supplément du quotidien Le Monde, distribué gratuitement sous la pyramide. L’artiste met ainsi à la disposition d’un vaste public les images de pièces exceptionnelles et peu connues du musée du Louvre. Parallèlement à ce processus de diffusion «hors les murs » des collections, l’artiste a souhaité rendre compte du dispositif de prise de vues de ces objets qu’il a pu photographier et filmer dans un atelier mis à sa disposition sous les combles du palais. L’arrivée et le départ des oeuvres, leur installation sur un support fixe font ainsi l’objet d’un film qui est projeté dans la salle de la Maquette. Il s’agit donc d’un travail en boucle qui part du regard de l’artiste sur des objets, pour aboutir à celui du lecteur sur ces mêmes objets, en passant par les diverses opérations de cadrage, d’éclairage de la prise de vues photographique, et de l’impression sur papier journal de ces images.

Grâce au soutien de Neuflize Vie.
Avec la participation de Philips.

Commissaire(s) : Marie-Laure Bernadac, conservateur en chef, chargée de mission pour l’art contemporain au musée du Louvre.

Informations pratiques

Lieu

Aile Sully, entresol, salle de la Maquette