Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Expositions>New Frontier II. L'art américain entre au Louvre Aux sources de...

Exposition New Frontier II. L'art américain entre au Louvre
Aux sources de la peinture de genre américaine

du 19 Janvier 2013 au 22 Avril 2013

Remerciements :
Cette exposition-dossier s’inscrit dans le cadre d’une collaboration pluriannuelle entre le Crystal Bridges Museum of American Art, le High Museum of Art, Atlanta, et la Terra Foundation for American Art. Elle est rendue possible grâce à leur généreux soutien.

Le musée du Louvre poursuit la collaboration engagée avec le Crystal Bridges Museum of American Art (Bentonville, Arkansas), le High Museum of Art d’Atlanta et la Terra Foundation for American Art afin de faire mieux connaître l’art des États-Unis.

Cette année, la thématique abordée est celle de l’essor de la peinture de genre aux États-Unis dans la première moitié du XIXe siècle jusqu’à la guerre de Sécession. Dans la jeune nation, alors en pleine expansion, tant économique que territoriale, les amateurs d’art sont encore peu nombreux et peinent à adopter les canons académiques importés depuis l’Europe. Certains peintres américains, tels George Caleb Bingham, Arthur Fitzwilliam Tait ou Eastman Johnson, rencontrent alors le succès auprès du public en dépeignant les scènes de la vie quotidienne de ceux qui, aux marges de la jeune nation, explorent et exploitent les espaces vierges de l’immense territoire.  Les représentations apparemment naïves des activités des trappeurs ou des bateliers du Mississippi sont pourtant fortement imprégnées de la matrice des peintures de genre de la vieille Europe, tant celle du Siècle d’or hollandais que celle de la peinture contemporaine britannique.

Deux oeuvres de Jan Steen (1626-1679) et de William Mulready (1786-1863) des collections du Louvre illustreront le dialogue fécond que les peintres du Nouveau Monde ont entretenu avec l’art des maîtres européens.
 

Commissaire(s) :

Guillaume Faroult, musée du Louvre, département des Peintures.

Vos commentaires

  • Une amie qui m'a accompagné pour voir cette exposition a payé son entrée (j'ai personnellement une carte des amis du Louvre). Je suis encore confuse de l'avoir incité à débourser de l'argent pour ... pratiquement rien. Comme d'autres personnes présentes nous avons d'abord pensé que les salles avec la vraie expo étaient ailleurs. Mais non. Le Louvre devrait être plus scrupuleux sur ses effets d'annonce et plus respectueux des gens pour qui le prix d'une entrée n'est pas totalement anodin. En tous cas, ne surtout pas payer un billet pour aller juste voir cette " exposition" si vos finances sont en berne.

    cathelize, 16-03-2013 à 12h15

  • C'est sans doute l'exposition la plus décevante que j'ai jamais vu au Louvre. Peut-on d'ailleurs parler d'expo? Heureusement, avec ma carte Ami du Louvre, je n'ai pas payé... Tout d'abord, trouver l'expo est une gageure: rien ne l'indique, alors après s'être renseigné à la banque d'accueil, on parcourt des couloirs en espérant être dans la bonne direction. Et enfin, honteusement cachée tout à fait à la fin d'une très longue galerie de superbes tableaux, on découvre une pauvre dizaine de tableau dont seulement 2 ou 3 viennent des USA et se rapportent au sujet (que font là par exemple le superbe Turner et le magnifique Gainsborough?). Nous sommes heureusement habitué à cent fois mieux de la part de notre musée préféré!

    Franck, 24-02-2013 à 19h32

  • "Exposition difficile à trouver dans le musée, car aucune signalétique ne l'indique" dit un commentateur. En effet, mais quand on la trouve enfin, on croit comprendre pourquoi elle est si mal indiquée. Il n'y a pratiquement rien à voir, 4 ou 5 tableaux américains, plutôt mineurs, et 4 ou 5 autres illustrant des sources d'inspiration plus ou moins directes ou sans grand rapport. Indigne de ce qu'on pourrait attendre du Louvre. (Et impensable au Metropolitan Museum de New York par exemple.). Donne une impression de décadence.

    jfbrunet, 17-02-2013 à 16h07

  • "Exposition difficile à trouver dans le musée, car aucune signalétique ne l'indique" dit un commentateur. En effet, mais quand on la trouve enfin, on croit comprendre pourquoi elle est si mal indiquée. Il n'y a pratiquement rien à voir, 4 ou 5 tableaux américains, plutôt mineurs, et 4 ou 5 autres illustrant des sources d'inspiration plus ou moins directes ou sans grand rapport. Indigne de ce qu'on pourrait attendre du Louvre. (Et impensable au Metropolitan Museum de New York par exemple.). Donne une impression de décadence.

    jfbrunet, 17-02-2013 à 16h07

  • Exposition difficile à trouver dans le musée, car aucune signalétique ne l'indique. Sinon, exposition petite mais qui vaut la peine d'être vue. Les explications sont très intéressantes et les petits panneaux bien lisibles

    Pyrrha, 13-02-2013 à 14h46

  • Bonjour,
    J'aimerais être contacté pour une éventuelle collaboration en tant que chercheur et galleriste (www.artamericain.com)

    AmericanArt, 30-12-2012 à 22h

  • 1 / 1

    Nb par page :5 -10 -15

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou créez votre compte Mon Louvre pour poster des commentaires.
Connexion | S’inscrire

Informations pratiques

Du 19 janvier au 22 avril 2013

Lieu :
Aile Denon, 1er étage, salle 32

Horaires :
Tous les jours de 9h à 18h, sauf le mardi.
Nocturnes, mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.

Tarifs :
Accès avec le billet d’entrée au musée : 11 €

Renseignements :
01 40 20 53 17