Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Expositions>David d'Angers Dessins des musées d'Angers

Remerciements :
Cette exposition est organisée par le musée du Louvre et les musées d’Angers. Avec la collaboration du département des Sculptures du musée du Louvre.

Sculpteur majeur de l’époque romantique, David d’Angers (Angers, 1788 - Paris, 1856) a laissé un ensemble d’oeuvres dessinées considérable, qui permet de suivre l’évolution de sa carrière et d’apprécier ses liens avec la société littéraire et artistique de son temps.

Ses premiers dessins traduisent son éducation classique et académique – il fut Grand prix de sculpture en 1811 –, mais rapidement sa fascination pour l’histoire moderne prédomine. Fervent républicain, il se  consacre, dans une entreprise qu’il veut pédagogique, à la mémoire des grands hommes, aux héros des  guerres révolutionnaires qui ont marqué son enfance, à ceux qui ont servi le général Bonaparte.

Ses dessins montrent l’intensité de ses recherches préparatoires pour rendre lisible à tous l’histoire  d’une vie dans un bas-relief, pour fixer dans une statue l’intensité dramatique du geste significatif d’un héros ou de sa mort. Son activité de portraitiste fut profondément influencée par la phrénologie.  David d’Angers fut aussi collectionneur de dessins. Sa collection, dont quelques oeuvres seront exposées, comportait notamment des aquarelles de Caspar David Friedrich, qui signalent l’intérêt pour l’art allemand de l’auteur du magistral buste de Goethe.

Cette exposition s’inscrit dans l’entreprise de présentation des grands fonds de dessins des musées  français poursuivie par le département des Arts graphiques du Louvre depuis de nombreuses années.

Commissaire(s) :

Isabelle Leroy-Jay Lemaistre et Marie-Pierre Salé, musée du Louvre.
Véronique Boidard, musées d'Angers
 

Vos commentaires

  • Si vous aviez vu comme moi, les yeux grands ouverts, ces dessins et ces ébauches, vous auriez une idée très claire des grands tumultes et de la guerre. La tragédie est ici l’œuvre principale, les nombreux fils de l’Olympe, furieux, font trembler la terre, les hommes et leurs cités, il y a urgence dans la demeure des vivants. Voici donc l’auteur de ces scènes, David d’Angers, qui trace d’une encre noire les morts et les vivants, fait jaillir le monde antique pareil à un vaste incendie qui gronderait dans les palais de la nouvelle république. Le roi est mort comme son ami le poète, ils sont tombés dans un profond tourbillon, laissant au monde un héritage sanglant. Il faut dévorer, oui il faut les dévorer ces feuilles comme le Saturne de Goya, ou celui de Simon Hurtrelle que vous trouverez un peu plus bas, dans ce même palais, admirablement représenté et tout de blanc, sans le sang. Oui, il faut les dévorer ces feuilles, aussi sauvagement que ce géant, aussi goulûment car c’est là la manière qu’il faut pour saisir toute la férocité de cette œuvre. Formidablement déployée, elle vous projette à la manière d’une tragédie dans le cirque humain. L’âme admire, prend acte des atrocités qui mènent à la mort et s’en va épurée reprendre son souffle. Voilà ce qu’on appelle une délicate intention, surtout en ces temps, des temps d’infortune et de misère. Il nous est possible, ainsi, de retrouver le droit chemin, on pourra dire, ensuite, aisément, que jadis il y eu un temps qui ressembla au nôtre. Allez donc voir, pour mieux voir, ceux qui expirent, sous le glaive, la baïonnette, le sabre ou le pistolet. C’est comme cela que la mort a creusé, que la plume a tracé et si rien de tout cela ne vous apparaît comme cela, alors prenez au moins le temps d’admirer Louis Bertrand à l’ensevelissoir. S’il est dit qu’ici, la vie s’en est allée, il est dit aussi qu’elle fut remarquablement représentée. Il fallait qu’il en soit ainsi, ainsi il fallait un grand l’hommage.

    alighieri, 07-04-2013 à 13h20

  • 1 / 1

    Nb par page :5 -10 -15

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou créez votre compte Mon Louvre pour poster des commentaires.
Connexion | S’inscrire

Informations pratiques

Du 28 février au 20 mai 2013

Lieu :
Aile Denon, 1er étage, salles Mollien

Horaires :
Tous les jours de 9h à 18h, sauf le mardi.
Nocturnes, mercredi et vendredi jusqu’à 21h45.

Tarifs :
Accès avec le billet d’entrée au musée : 11 €

Renseignements :
01 40 20 53 17
 

Boutique en ligne

David d'Angers

Catalogue de l'exposition

Acheter