Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Expositions>Trésors antiquesBijoux de la collection Campana

Exposition Trésors antiquesBijoux de la collection Campana

du 21 Octobre 2005 au 16 Janvier 2006

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

Cette collection rassemblée au XIXe siècle par le marquis Giovanni Pietro Campana fut acquise pour une grande part par la France en 1861 ; elle constitue aujourd’hui l’un des fonds principaux des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre.

La sélection de plus de cent cinquante pièces ici présentée permet un nouvel éclairage sur la constitution de la collection et la provenance de quelques pièces majeures. Elle évoque le rôle considérable des bijoux Campana, copiés au XIXe siècle par les orfèvres Castellani, dans l’histoire du bijou de style archéologique.
Cette exposition décrit d’abord la personnalité complexe de Giovanni Pietro Campana di Cavelli (1808-1880). Issu d’une famille noble de l’Aquila, il succède à son père et à son grand-père au poste de directeur général au Mont-de-Piété de Rome en 1833 et hérite de leur passion : son père avait constitué une importante collection de monnaie, et son grand-père possédait déjà quelques sculptures antiques. Campana parvient en un temps relativement bref à former une collection exceptionnelle d’antiquités grecques, étrusques et romaines – sculptures, vases, bronzes, bijoux, monnaies et terres cuites –, de majoliques des XVe et XVIe siècles, de tableaux de primitifs italiens…
Une première section illustre la richesse et la diversité de la collection de bijoux souvent considérée comme presque exclusivement composée de bijoux étrusques, mais qui comporte aussi des pièces issues des ateliers de Grèce ou de Grande Grèce, des œuvres romaines, gallo-romaines et byzantines.
La deuxième section aborde, à l’aide de quelques pièces et de documents d’archives, l’« affaire Campana ». Amené par son goût des antiquités à gager toute sa collection, le marquis Campana a en effet fini par immobiliser tous les avoirs du Mont-de-Piété. Accusé de malversation, il fut arrêté en 1857 et contraint à l’exil tandis que sa collection était mise en vente par l’État pontifical. L’« affaire Campana » se déroule sur le plan politique dans un climat de patriotisme croissant lié au Risorgimento et coïncident sur le plan artistique avec un moment de rapprochement entre les beaux-arts et l’industrie.
La troisième section souligne l’importance des bijoux Campana dans l’histoire du bijou de style archéologique et le rôle joué par la maison Castellani, fondée en 1814, dans la diffusion des modèles Campana. À sa mise en vente, la collection attire la convoitise des plus grands musées européens. Le gouvernement français en acquiert la majeure partie. Présentée avec succès en 1862 à Paris au Palais de l’industrie, elle gagne ensuite le musée du Louvre où elle est encore aujourd’hui l’un des plus grands fonds du département des Antiquités grecques, étrusques et romaines. Alors que les autres séries ont été plus ou moins dispersées, les bijoux, qui formaient l’un des noyaux primitifs de cette collection  avec les terres cuites, sont parvenus en totalité au Louvre.

L'exposition bénéficie du soutien de la Fondation Cassa di Risparmio di Roma (Italie).

Publication
Catalogue de l'exposition : Bijoux de l'Italie antique, la collection du marquis Campana, sous la direction de Françoise Gaultier et Catherine Metzger.
Coédition musée du Louvre Editions/ 5 Continents, 200 p., 35 euros environ.

Commissaire(s) :

Françoise Gaultier et Catherine Metzger, conservateurs au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre.

Informations pratiques

Aile Richelieu


Ouvert tous les jours, sauf mardi, de 9h à 17h30, et jusqu'à 21h30 le mercredi et vendredi.

Autour de l’exposition

Conférences et colloques