Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Fouilles prédynastiques à Hiérakonpolis

Découvertes récentes dans la nécropole prédynastique de Hiérakonpolis.
par Renee Friedman, The British Museum.

Hiérakonpolis est célèbre grâce à la découverte de la palette de Narmer qui pourrait être le témoignage de l’unification de l’Égypte sous le premier roi de la Première dynastie vers  3100 avant J.-C. Cependant les fouilles en cours révèlent l’existence de tombes plus anciennes de cinq siècles environ, et qui seraient celles de souverains locaux voire régionaux ayant régné sur l’un des centres urbains les plus importants alors des rives du Nil. Ces rois affirmaient leur pouvoir non seulement par la dimension de leurs tombeaux surmontés de superstructures en bois, mais également par la présence d’autres sépultures humaines ainsi que d’un étrange cortège d’animaux sauvages et domestiques qu’ils emmenaient avec eux dans l’au-delà. Cette présence d’espèces exotiques, éléphants, léopards ou troupes de babouins, laisse à penser qu’il existait une véritable ménagerie royale. Cet ensemble unique d’animaux soigneusement inhumés met en évidence des réalités physiques derrière ces premiers symboles de pouvoir, tels qu’ils apparaissent sur les céramiques, les palettes et les manches de couteau gravés en ivoire de la Période prédynastique.
En raison des pillages dont ces tombes royales ont fait l’objet au cours des millénaires, on ne pouvait qu’émettre des hypothèses quant à la nature de ces rituels funéraires réservés à l’époque aux élites. Jusqu’à ce qu’en mars 2014, la découverte d’une sépulture quasi intacte offre un nouvel aperçu de leur complexité. La tombe contenait une statuette complète en ivoire d’un homme barbu, pièce unique jusqu’à présent retrouvée en fouille, ainsi que dix peignes en ivoire et un grand nombre d’armes et d’outils. De façon encore plus remarquable, on constate que des travaux de restauration de la tombe ont été réalisés au cours de la Première dynastie, ce qui témoigne quelques 500 ans plus tard de l’entretien de la mémoire et du respect accordé aux pratiques funéraires antérieures.  

Diplômée en égyptologie de l'Université de Berkeley, Californie (1994), Renee Friedman travaille depuis 1980 sur de nombreux sites égyptiens. Son intérêt pour la période prédynastique, déterminante pour l'Égypte, l'a amenée à rejoindre, en 1983, l'équipe que dirigeait alors Michael Hoffman à Hiérakonpolis, le plus grand site prédynastique encore existant et accessible dans la vallée du Nil. En 1996, elle prend la direction de la Hierakonpolis Expedition. Depuis lors, elle y mène une campagne de fouilles chaque année, marquées par les découvertes successives d’habitats, de brasseries, de temples et de cimetières communs ou élitaires de l’époque prédynastique.
Elle occupe actuellement le poste de Heagy Research Curator au département Égypte et Soudan anciens du British Museum.
Elle est l'auteur de nombreux articles scientifiques et de vulgarisation sur tous les aspects du site de Hiérakonpolis. Outre Nekhen News, la lettre d'information annuelle des Friends of the Hierakonpolis Expedition (voir www.hierakonpolis-online.org ), Renee Friedman a écrit et dirigé plusieurs ouvrages dont Egypt Uncovered (1998), Egypt and Nubia: Gifts of the Desert (London, 2002), Egypt at its Origins. Studies in Memory of Barbara Adams (Leuven, 2004) et Egypt at its Origins 3 (Leuven, 2011).

Cycle(s) : Actualité de la recherche archéologique, 2014-2015

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.
 
Entrée libre dans la mesure des places disponibles