Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>La recherche scientifique>Gavin Hamilton, Vénus unissant Hélène à Pâris

Gavin Hamilton, Vénus unissant Hélène à Pâris

Le peintre écossais Gavin Hamilton, qui accomplit l’essentiel de sa carrière à Rome, où il s’installa après 1756, est un pionnier du mouvement néoclassique européen. Tout en développant une activité de premier plan d’archéologue et de marchand d’oeuvres d’art, il produisit, à destination d’une clientèle britannique, un petit nombre de grandes toiles illustrant des sujets antiques. Son oeuvre la plus célèbre dans ce domaine est un cycle de six vastes tableaux inspirés de L’Iliade d’Homère et peints à Rome pour différents commanditaires britanniques entre 1758 et 1780 environ. Cette série connut un succès considérable dans toute l’Europe grâce aux gravures qu’il fit exécuter par Domenico Cunego (vers 1725 – 1803) à Rome entre 1764 et 1778 d’après cinq des peintures du cycle. Au cours des années 1770, il caressa le projet d’exécuter un nouvel ensemble de six peintures illustrant un autre épisode mythologique lié à la guerre de Troie, l’histoire des amours du prince troyen Pâris et d’Hélène, reine de Sparte. Il destinait ce cycle au décor d’une galerie à Lansdowne House, la vaste demeure que William Petty-Fitzmaurice (1737-1805), comte de Shelburne, venait de faire aménager à Londres par Robert Adam. En 1772, il avait d’ailleurs vendu à ce collectionneur une statue antique, fortement restaurée, représentant le héros Pâris, qu’il avait découverte lors de fouilles à Tivoli. Cette statue en marbre est aujourd’hui conservée au Louvre au département des Antiquités grecques, étrusques et romaines (MNE 946). Le projet de décor consacré à l’histoire de Pâris et Hélène est ainsi mentionné dans la correspondance de l’artiste dès 1772, mais c’est véritablement à partir de 1777 et jusqu’en 1780 que Gavin Hamilton se montre le plus pressant envers lord Shelburne, malheureusement sans succès. En 1780, il annonce même qu’il a achevé cinq des six esquisses liées à cet ensemble. La vaste toile désormais au Louvre (pour laquelle on connaît au moins deux esquisses peintes) est sans doute l’unique peinture exécutée en lien avec ce projet avorté. Demeurée dans l’atelier de l’artiste, elle passa en vente à Londres après sa mort en 1799 et vient de réapparaître.
En 1782-1784, Hamilton exécuta pour le décor du Casino de la villa Borghèse à Rome, dans la Sala di Paride ed Elena, une seconde version de la composition qui nous intéresse mais dans un format différent, encore plus monumental (306 5 259 cm), et avec d’importantes variantes de détail (dans l’architecture du fond, dans les attitudes et les costumes de Vénus et Hélène, etc.). Cette peinture est actuellement conservée au Museo di Roma.
En 1789, Jacques Louis David (1748-1825) exposa au Salon à Paris un tableau représentant les amours de Pâris et Hélène (Paris, musée du Louvre). Commandé par le frère du roi de France, le comte d’Artois (1757-1836), il semble qu’il s’agisse d’une variation réduite et concentrée de la vaste composition mûrie par Hamilton au cours des années 1770 et que le peintre français a pu découvrir au cours de son second séjour à Rome en 1784-1785.

Gavin Hamilton (Murdierston House, Écosse, 1723 – Rome, 1798)
Vénus unissant Hélène à Pâris
Vers 1777-1780
Huile sur toile. H. 211 cm ; l. 259 cm
Tableau probablement tableau présenté à la vente Christie’s, Londres, les 10 et 11 mai 1799 (« Pictures of the late Tho.s Gainsborough… »), no 125 (« Hamilton at Rome. Venus presenting Helen to Paris, a composition of great taste and elegance ») ; sans doute présenté à nouveau à la vente Christie’s, Londres, les 2 et 3 juillet 1799 (« The property of Paul Benfield… likewise an assemblage of cabinet pictures… »), no 101 (« Hamilton. Venus presenting Helen to Paris, a capital picture »), acheté par Ralph Payne, Baron Lavington (1739-1807) pour 39,18 livres ; peut-être la « very large » peinture représentant la « réconciliation de Pâris et Hélène » dont le dépôt est proposé par Mrs. Trotter of Dreghorn à la National Gallery à Édimbourg en 1879 (communication écrite de Brendan Cassidy, 3 avril 2011) ; vente Doyle, New York, 22 octobre 2008, no 2003 (« École française, XVIIIe siècle ») ; acquis auprès de la galerie Alessandra di Castro, Rome, 2011.
Département des Peintures (R.F. 2011-56)

G. Faroult

 

English version

The Scottish painter Gavin Hamilton, who spent most of his career in Rome, where he settled after 1756, was a pioneer of the European Neoclassical movement. In addition to his work as an archaeologist and art dealer, he produced a small number of large canvases on antique themes for a British clientele.
In the 1770s, he planned to produce a set of six paintings illustrating the love story of the Prince of Troy, Paris, and the beautiful Helen for the vast residence that William Petty-Fitzmaurice, Earl of Shelburne, had recently commissioned Robert Adam to refurbish in London. The project is mentioned in the artist’s correspondence in 1772, but it was only in the years 1777–80 that Gavin Hamilton really began to press Lord Shelburne for a commitment to the project, unfortunately to no avail. In 1780, he even announced that he had completed five of the six sketches linked to this ensemble. The vast canvas that is now in the Louvre is probably the only painting that was produced for this aborted project. Having remained in the artist’s studio, it was sold in London after his death in 1799 and has recently reappeared.
In 1789, Jacques-Louis David exhibited a painting representing Les Amours de Pâris et Hélène (Musée du Louvre, Paris) at the Salon in Paris, which seems to be a smaller and more compact version of the vast composition that was developed by Hamilton in the 1770s.

Informations pratiques

Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi
24 et 31 décembre 2014 : ouvert jusqu'à 17h

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet