Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Histoires visuelles à l’aube de la presse illustrée : le cas de...

Remerciements :
Les programmes de l'auditorium sont soutenus par la Terra Foundation for American Art

par Michael Leja, University of Pennsylvania

« La folie de l’“illustration” a gagné notre peuple… magazines et journaux illustrés sont entre toute les mains » observait, en 1857, le Cosmopolitan Art Journal (New York). L’immense popularité de la presse illustrée, au milieu du XIXe siècle, était largement due à ses images qui, pour la plupart, racontaient des histoires. Elles contribuèrent à en faire l’une des premières formes de culture visuelle de masse, avec des centaines de milliers d’abonnés. Parmi les histoires véhiculées par ces images figuraient des faits d’actualité, des récits de voyages, de la fiction littéraire et des vignettes humoristiques sur la vie moderne. Ces images pouvaient raconter une histoire en elles-mêmes ou de concert avec d’autres images et textes. Les artistes firent de cette presse illustrée un terrain d’expérimentation très vivant pour les histoires visuelles. L’un des plus intéressants de ces artistes fut Winslow Homer qui atteignit son apogée, en tant qu’illustrateur et peintre, dans les années 1860-1870. Son succès dut beaucoup à son talent narratif, et au fait qu’il avait parfaitement adapté son art aux attentes du public ainsi qu’aux atouts et aux conventions du média.

Biographie

Michael Leja est directeur du programme d’études visuelles et professeur d’histoire de l’art à l’University of Pennsylvania (Philadelphie). Son livre Looking Askance : Skepticism and American Art from Eakins to Duchamp (2004) étudie les interactions entre les arts visuels et l’émergence du scepticisme dans la manière de les regarder au sein des villes d’Amérique du nord-est entre 1869 et 1917. Ce livre a remporté le Modernist Studies Association Book Prize en 2005. Un ouvrage antérieur, Reframing Abstract Expressionism : Subjectivity and Painting in the 1940s (1993) situe la peinture de Jackson Pollock, de Barnett Newman et d’autres artistes dans une initiative culturelle plus large pour réinventer le sujet dans une période traumatisante de l’histoire. Ce livre a remporté le Charles Eldredge Prize for Distinguished Scholarship in American Art du Smithsonian American Art Museum. Michael Leja travaille actuellement à un livre sur l’évolution des formes picturales et des relations sociales en liaison avec l’industrialisation de la production d’images et l’évolution de la culture visuelle de masse au milieu du XIXe siècle.

 

 

Cycle(s) : L'image-récit. L'art américain XVIIIe - XXe siècle

Informations pratiques

Lieu :
Auditorium du Louvre sous la pyramide.

Tarif E : 6 euros, 5 euros (réduit), 4 ou 3 euros (solidarité et jeunes)
Gratuit avec la CLJ (Carte Louvre Jeunes) et pour les étudiants en art, dans la limite d’un quota de places garanties.
Retrait des billets une heure avant aux caisses de l’auditorium.

Réservations :
. Par téléphone : Au 01 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
. Sur place, à la caisse de l’auditorium, du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30, jusqu’à 19h30 les mercredis et vendredis, et jusqu’au début des séances les soirs de programmation.

Informations :
01 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Conditions des réductions tarifaires