Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Interpréter les « icônes » de l’art national, une neutralité...

Intervenant : Guillaume Kientz, musée du Louvre

Les Ménines de Velázquez comme le Trois mai de Goya ont cela en commun qu’ils dépassent très largement leur simple statut d’œuvres d’art. Non seulement la célébrité de leurs auteurs, la qualité de leur facture et le prestige de leur lieu d’exposition les ont fait pénétrer dans le club très fermé des chefs d’œuvre universels, mais le discours qu’ils portent ou qu’on leur fait porter, les a transformés en véritables icônes nationales. Il est dès lors légitime que l’interprétation – toujours difficile pour les chefs d’œuvre – se heurte ici à de nouveaux écueils. Le statut de l’œuvre ayant changé, les enjeux de son interprétation se font plus sensibles et porteront nécessairement hors du champ strict de l’histoire de l’art.

Peintre des peintres, Velázquez est érigé en messie. Le seul artiste ibérique qui ne tremblerait pas devant Léonard, Raphaël ou Caravage. Les Ménines deviennent ainsi la démonstration irrévocable de la dignité de l’art espagnol. De même, les circonstances historiques qui voient la lutte de l’Espagne contre l’oppression française trouvent-elles en Goya un interprète à la hauteur du destin national. De cette rencontre naîtra le Trois mai, épisode historique mué en épiphanie patriotique où la fierté se mêle au frisson.
Dans ces conditions, la neutralité de l’interprétation – si elle existe – est-elle encore possible ?

Né à Strasbourg en 1980, Guillaume Kientz entame des études d’histoire de l’art après des études de Sciences politiques. Il est titulaire d’une maîtrise effectuée à Rome sur le portrait cardinalice au XVIIe siècle et d’un master II Recherches consacré aux collections du musée Granet d’Aix-en-Provence. Diplômé de l’Institut national du Patrimoine en 2008, il intègre la Conservation régionale des Monuments historiques d’Auvergne avant de rejoindre, en 2010, le département des Peintures du musée du Louvre où il est chargé des collections de peintures et sculptures espagnoles, portugaises et latino-américaines. Ses recherches actuelles portent sur la peinture en Espagne au début du XVIIe siècle et sur les rapports entre le caravagisme et la naissance de courants naturalistes dans la peinture espagnole. Il travaille en outre à divers projets portant sur l’art mexicain, Velázquez, Goya et l’histoire du musée espagnol de Louis Philippe.

Cycle(s) : Le sens de l’œuvre – Le sens à l’œuvre. De l’interprétation dans les arts visuels

Laisser un commentaire

Connectez-vous ou créez votre compte Mon Louvre pour poster des commentaires.
Connexion | S’inscrire

Informations pratiques

Lieu :
Auditorium du Louvre

Accès :
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.

Informations :
+ 33 (0)1 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Réservations :
Au + 33 (0)1 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
Groupes scolaires et centres de loisirs : + 33 (0)1 40 20 50 01
Groupes adultes (associations, comités d’entreprise…) : + 33 (0)1 40 20 54 55.

A la caisse de l’auditorium
Du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30.

Tarifs :
Tarif E : 6 euros, 5 euros (réduit), 4 ou 3 euros (« solidarité » et « jeunes »)