Go to content Go to navigation Go to search Change language

ホーム>Sculptures souabes gothiques tardiv

Sculptures souabes gothiques tardives (vers 1450 – 1530) des musées de France : programme de recherche et projet de catalogue

La richesse et la diversité des collections des musées français permettent de rendre compte de l’importance de la sculpture médiévale allemande, art majeur à la fin du Moyen Âge sur les terres de l’Empire germanique. (...)

La richesse et la diversité des collections des musées français permettent de rendre compte de l’importance de la sculpture médiévale allemande, art majeur à la fin du Moyen Âge sur les terres de l’Empire germanique.
     Le programme de recherche consacré aux sculptures souabes et la publication du catalogue de ces oeuvres constituent la première étape d’un projet général, destiné à mettre en valeur les sculptures médiévales allemandes des musées de France. Parmi les centaines de sculptures allemandes que conservent environ quarante musées, beaucoup demeurent en effet méconnues ou insuffisamment étudiées.
     Le programme s’inscrit dans le cadre du réseau « Sculptures médiévales des musées de France ». Créé en 2003, ce réseau réunit les conservateurs des musées de France responsables de collections de sculptures médiévales. Son but principal est de faciliter les échanges scientifiques entre les musées, et de promouvoir la recherche et la publication de catalogues de collections.
     Le choix du domaine de recherche se fonde sur la place prépondérante que tient la Souabe dans la sculpture allemande de la fin du Moyen Âge. La Sainte Marie Madeleine de Gregor Erhart, dite autrefois « La Belle Allemande » (musée du Louvre), est la figure emblématique de cet art souabe tout en douceur paisible, en grâce et en délicatesse.
     La Souabe, dans le sud de l’Allemagne, connaît au xve et au début du xvie siècle une très abondante production sculptée, à Ulm et à Augsbourg, les principaux centres artistiques, mais aussi dans de petites cités très actives comme Biberach, Kaufbeuren ou Memmingen. Les églises et les musées allemands conservent de nombreux témoins de cette production.
     En France également, la sculpture souabe est largement présente dans les collections des musées. Riches en oeuvres de qualité, les musées français comptent environ quatre-vingts sculptures souabes pour la période allant de 1450 à 1530, dont quatorze au musée du Louvre.
     Ce sont des sculptures religieuses en bois de tilleul polychromé (ou autrefois polychromées et aujourd’hui décapées), pour la plupart venant de retables d’autel démembrés ; les figures occupaient la caisse du retable, tandis que les reliefs étaient appliqués sur les volets. Quelques statues de fonction cultuelle ou dévotionnelle, utilisées lors de cérémonies et de processions, comme le Christ de l’Ascension et le Christ des Rameaux du musée du Louvre, sont des exemples plus rares.
     Les principaux sculpteurs souabes sont représentés dans les musées français, tels Hans Multscher, Gregor Erhart, Niklaus Weckmann, Daniel Mauch ou Jörg Lederer, mais bien évidemment la plupart des oeuvres restent anonymes.
     Le recensement des sculptures souabes s’appuie sur l’enquête menée lors de l’exposition de 1991-1992 au musée du Louvre (Sophie Guillot de Suduiraut, « Sculptures allemandes de la fin du Moyen Âge dans les collections publiques françaises ») et a été poursuivi à partir de 2006, avec l’aide du réseau des sculptures médiévales des musées de France. Des missions ont été conduites dans plusieurs musées, assorties de nouvelles découvertes comme le Martyre de saint Thomas (Beauvais, musée départemental) et, en 2010, un Saint Nicolas (Chaumont, musée).
     Une base de données a été créée en 2007 avec l’aide de Christine Vivet-Péclet, chargée d’études documentaires au département des Sculptures, et de deux stagiaires bénévoles. En 2010, onze sculptures des musées de Cluny et du Petit Palais à Paris ont fait l’objet d’un master 2 à l’École du Louvre par Chloé Ariot.
     L’analyse technique des oeuvres, indispensable à leur connaissance approfondie, a lieu dans le cadre d’un programme du C2RMF destiné à identifier le bois, étudier la structure des sculptures et analyser les polychromies. Les élèves restaurateurs de l’Institut national du patrimoine et de l’école supérieure des Beaux-Arts de Tours sont associés aux travaux et chargés de restaurer trois oeuvres, le Martyre de saint Thomas (Beauvais, musée départemental), Sainte Barbe (Albi, musée Toulouse-Lautrec) et le Christ des Rameaux (Strasbourg, musée de l’OEuvre-Notre-Dame).
     L’analyse stylistique reste la base des travaux de recherche. De nombreuses sculptures sont quasiment inédites, mal datées, sans origine ni attribution précises. Les investigations se poursuivent en relation avec des collègues allemands ou français avec lesquels se nouent de fructueux échanges scientifiques, en particulier les conservateurs de Colmar et de Strasbourg Pantxika Béguerie-De Paepe et Cécile Dupeux. Les recherches ont beaucoup avancé en 2010.
     La publication du catalogue raisonné est prévue pour 2014, en relation avec une journée d’étude qui reste à préciser.

S. Guillot de Suduiraut

English version

     The wealth and diversity of German specimens in the various museum collections in France attests to the signal importance of sculpture as an art form in the German Empire at the end of the Middle Ages.
     The programme of research on Swabian sculptures and the publication of the catalogue of these works are the first stages in a general project designed to highlight German medieval sculptures held in French museums. The programme is being implemented in the framework of the “Sculptures médiévales des musées de France” network, which was created in 2003 to facilitate the exchange of technical data between museum curators, and promote research and the publication of catalogues of collections of sculpture from the Middle Ages.
     Swabia was chosen because of the important role the area played in the development of German sculpture at the end of the Middle Ages. Currently there are around eighty Swabian sculptures held in different museum across France.
     The in-depth study of these works includes laboratory analysis at the C2RMF (Centre for Research and Restoration of the Museums of France), along with studies of each piece’s history, iconography, and style. A comprehensive catalogue is scheduled for 2014, in conjunction with a dedicated Study Day, yet to be arranged...

来館情報

ルーヴル美術館 パリ フランス
地下鉄:1番線または7番線、Palais-Royal Musée du Louvre 駅
 
開館時間
月・木・土・日:9時-18時
水・金:9時-21時45分(夜間開館)

休館日:毎週火曜日、1月1日、5月1日、12月25日
 
 

チケットを購入する