Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Films>Kodo – Au cœur des tambours du Japon / Merce Cunningham, la...

Films Kodo – Au cœur des tambours du Japon / Merce Cunningham, la danse en héritage

Film sur l'art

Kodo, au cœur des tambours du Japon de Don Kent et Christian Dumais-Lvowski /
Merce Cunningham, la danse en héritage de Marie-Hélène Rebois

à 16h
Kodo, au cœur des tambours du Japon
de Don Kent et Christian Dumais-Lvowski

En présence des réalisateurs
Fr., 2012, 55 min
Située au large des côtes japonaises, l’île de Sado est réputée pour la beauté de ses paysages. Au rythme des saisons, cerisiers, rizières, érables et neige font de Sado une carte postale pour touristes à la recherche d’images du vieux Japon. Depuis quelques décennies, un village de l’île a acquis une réputation internationale, créé de toutes pièces dans les années 70, c’est " Kodo Village ", du nom de la plus célèbre compagnie de percussions japonaises. Avant de parvenir au niveau nécessaire pour intégrer la prestigieuse compagnie, les candidats doivent suivre un apprentissage de deux ans dans une école entièrement dévouée à leur préparation physique et artistique.                                                                                                                  
Pendant des semaines, Don Kent et Christian Dumais-Lvowski ont filmé au plus près l’apprentissage d’une vingtaine de jeunes pour qui les taiko, les grands tambours du Japon, sont une passion à laquelle ils souhaitent consacrer leur vie entière. La vie au centre d’apprentissage tient à la fois du service militaire et d’une longue retraite dans un temple. Levés à l’aube, les apprentis s’entraînent jusqu’au soir, percussions, danse, musique, chant, cérémonie du thé, exercices auxquels il faut ajouter le ménage de l’école, la lessive, la préparation des repas, etc. Kodo a moins à voir avec un conservatoire de musique qu’avec une école de vie. C’est au prix de cet entraînement spartiate - cinq jours de vacances annuels, interdiction d’avoir un téléphone portable ou un ordinateur - que ces adolescents deviendront peut-être des musiciens de Kodo. Les jeunes prodiges d'une tradition ancestrale qui ne transige pas avec le dévouement et la notion d'engagement personnel.

à 17h
Merce Cunningham, la danse en héritage
de Marie-Hélène Rebois

Fr., 2012, 52 min
En présence de la réalisatrice

Toujours en mouvement, il a révolutionné la danse contemporaine. Danseur et chorégraphe américain, Merce Cunningham (1919-2009) a enchainé les créations avant-gardistes en associant, à la manière d'un Diaghilev, les plus grands artistes contemporains : Andy Warhol, Robert Rauschenberg, Jasper Johns ou encore John Cage pour la musique. En écho à l'odyssée de l'espace, d'Antic meet (1958) à CRWDSPCR, qu'il conçoit en 1993 à l'aide d'un ordinateur, ses pièces mêlent audace et humour. Mais comment préserver ce patrimoine exprimé par les corps le temps d'un spectacle ? Avant sa mort, pour éviter le chaos de la succession Martha Graham, il a laissé un "testament".
Marie-Hélène Rebois a suivi les derniers mois de la compagnie avant sa dissolution et la prise en main de l'héritage par le Merce Cunningham Trust. Une ultime tournée dans cinquante villes du monde, avant the last show à New York le 31 décembre 2011. Entre hommage vibrant, expériences et réflexion sur la transmission, danseurs et acteurs de la Compagnie se confient avec émotion et envisagent l'avenir. L'occasion aussi de découvrir le projet des "Dance capsules", un bouquet numérique contenant une documentation complète du maître. Œuvres du répertoire avec vidéos, enregistrements sonores, images et plans des décors, notes et entretiens avec les danseurs et le personnel artistique : une structure aussi souple et innovante qu'une de ses danses.
Comment faire vivre l'héritage chorégraphique de Merce Cunningham, monstre sacré disparu, comme Pina Bausch, en 2009 ? Merce Cunningham, la danse en héritage est un film troublant sur la fragilité de la danse et la difficulté de sa transmission.

Cycle(s) : VIIèmes Journées Internationales du Film sur l'Art

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre sous la pyramide

Tarifs
À l’unité (Un billet permet l'accès à toutes les séances d’une journée)
6 euros, 5 euros (réduit),
3 euros (solidarité et jeune)

Abonnement
25 euros, 20 euros (réduit)

Achat des places
*Par correspondance
À l’aide du formulaire de réservation (cf. brochure au format pdf), accompagné du règlement par chèque ou carte bancaire et, en cas de réduction, de la copie du justificatif.
*Par téléphone
01 40 20 55 00 (paiement par carte bancaire uniquement)
Du lundi au vendredi (sauf mardi) de 11h à 17h

* aux caisses de l'auditorium
Du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9 h à 17h45, et les mercredi et vendredi jusqu’à 19h15.
* sur internet
www.fnac.com

- Retrait des billets
Les billets commandés par courrier et par téléphone sont expédiés à domicile.
Les billets des commandes passées deux semaines avant la date de la première manifestation choisie sont à retirer aux caisses ainsi que les billets achetés par téléphone à un tarif nécessitant la présentation d’un justificatif.
Les places non retirées ne sont ni remboursées ni échangées.

Acheter des billets pour l'ensemble du cycle Acheter un billet pour cette manifestation