Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Musique>L’art de la reprise

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

La Mer, Les Quatre Saisons, la 40e de Mozart, Stranger in the Night, Satisfaction, My Way, Ne me quitte pas
Du standard au remix, en passant par la parodie et le sampling, ou comment l’industrie musicale prospère sur l’accommodement des vieilles recettes.

Séance présentée par Edouard Fouré Caul-Futy et Clément Lebrun

L’air du temps est à la reprise. Toutes innovantes qu’elles soient, les musiques d’aujourd’hui cèdent un jour ou l’autre au culte patrimonial. Même Bob Dylan y va finalement de son tribut à Sinatra. Camille, elle,  reprend Johnny Hallyday alors que la jeune scène française de la chanson remet en musique les tubes de Michel Legrand.
Toute l’histoire de la musique populaire du siècle précédent s’est déroulée comme un passage de témoin, que nous illustrerons en sons et en images.
Les blues men synthétisent les influences américaines et africaines, les rockers américains – Elvis et les autres – s’inspirent quant à eux des standards du blues, alors qu’en France Johnny et compagnie jouent le jeu du mimétisme : rythmique, vestimentaire et linguistique.
De la reprise au plagiat la tentation est grande de brouiller les pistes. Rick James s’efface derrière MC Hammer et est éclipsé par Moby qui fait de Natural Blues un tube mondial.
La reprise se pose en d’autres termes dans le domaine du classique. Le thème de la Follia a pu légitimement inspirer une longue lignée de compositeurs baroques. C’était dans l’air du temps. Quand les Planètes du regretté Gustav Holst se font piller par la grosse artillerie hollywoodienne – Star Wars en tête - c’est une bonne affaire pour John Williams.
Avec l’apparition des medleys dans les années 1970, la reprise passe du stade de l’artisanat à celle du travail à la chaine. On ne reprend plus seulement ; on découpe, on assemble, on déconstruit, on décompose. Avec le temps des Remix, Edits, Mashups et autres Bootlegs, l’intégrité de l’œuvre en prend un sacré coup. Pour les industries musicales, c’est un surcroit d’inspiration à moindre coût.
Et pour Clip & Clap, toujours à la recherche d’images fortes, une sacrée aubaine.

Cycle(s) : Clip & Clap, 2014-2015
Evénement(s) : Initiez-vous à l'histoire des arts, saison 2014-2015

Informations pratiques

Lieu :
Auditorium du Louvre sous la pyramide.

Tarifs :
Tarif E : 10 euros, 8 euros (réduit), 5 ou 3 euros (solidarité et jeunes, groupes scolaires et centres de loisirs).
Gratuit pour les adhérents Louvre jeunes

Réservations :
. Par téléphone : Au 01 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
. Sur place, à la caisse de l’auditorium, du lundi au samedi (sauf mardi) de 9h à 17h30, jusqu’à 19h30 les mercredis et vendredis, et jusqu’au début des séances les soirs de programmation.

Informations :
01 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.
Fermeture du 30 juin au 2 septembre 2014 inclus.

Acheter un billet Acheter des billets pour l'ensemble du cycle

Gratuit avec la carte Amis du Louvre jeune

Retrait du billet le soir même de 19h30 à 20h15 à la caisse de l'auditorium