Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>L’histoire et l’art de la Thèbes préclassique : une synthèse...

par Vassilis Aravantinos, Éphorie des Antiquités de Béotie (Grèce)

Thèbes aujourd'hui est une banale cité moderne de Grèce centrale. Hormis de rares vestiges et une foule d'antiquités dans son musée, rien ne rappelle son glorieux passé. Pourtant, à la période classique, Thèbes a été après Sparte et Athènes la plus puissante cité-état de Grèce lorsqu'elle imposa son hégémonie de 371 à 364 av. J.-C. grâce à sa victoire dans la bataille de Leuctres.

Les mythes grecs, connus par la tragédie attique, insistent sur le fait que Thèbes fut jadis un puissant royaume détruit par des guerres intestines. Les fouilles ont montré que sa citadelle (la Cadmée) était densément peuplée dès l'âge du bronze. À la fin de la période mycénienne (XIVe-XIIIe s. av. J.-C.), Thèbes était devenue un très grand centre palatial.

Jusque récemment, les périodes géométrique et archaïque à Thèbes n'étaient que peu documentées. Les informations étaient surtout fondées sur le matériel provenant de fouilles anciennes ou partielles de tombes et de sanctuaires situés dans la périphérie de la ville. Mais le tableau est en pleine évolution grâce à de récentes découvertes archéologiques majeures en zone urbaine qui ont considérablement accru le nombre et la qualité des données disponibles.

De nouvelles fouilles, qui ont mis au jour de vastes parties de la nécropole nord-est, confirment la continuité des pratiques funéraires du Géométrique récent jusqu'à la fin de la période hellénistique. Outre ce qu'elles révèlent sur la richesse des offrandes funéraires et sur les types de rituels à l’intérieur du contexte familial, ces fouilles permettent aujourd'hui de mieux comprendre l'évolution sociale, politique, économique et culturelle de la Thèbes antique, des périodes antérieures à son ascension vers le pouvoir au Ve siècle av. J.-C. et postérieures à sa destruction en 335 av. J.-C.

Des recherches archéologiques entreprises sur une propriété privée ont permis de très importantes découvertes se rapportant aux premières institutions religieuses et politiques de la cité antique. Mentionné par Pindare et décrit par Pausanias, le sanctuaire d'Héraclès, situé sur le lieu mythique de sa naissance, a pu être localisé près de la porte Electre grâce à des offrandes et des inscriptions témoignant d'un très ancien culte du héros et de ses huit enfants tragiquement tués. Le matériel, daté du VIIIe siècle au début du Ve siècle av. J.-C, comporte quantité de céramiques de différents types, des figurines en terre, des sculptures en pierre, toutes sortes d'objets votifs en métal, en pierre, en os, en pâte de verre, et quelques sceaux. Outre ces trouvailles, certains tessons portent des inscriptions le plus souvent incisées (graffiti) ou peintes (dipinti) qui livrent de précieuses informations sur les aspects religieux, politiques et sociaux de la vie dans la Thèbes préclassique.

 

Vassilis L. Aravantinos est Éphore Emeritus des Antiquités de Béotie, archéologue et historien de l'art grec, spécialiste de l'archéologie, de l'écriture et de l'épigraphie de l'âge du bronze égéen, directeur depuis 2012 des fouilles de la Cadmée à Thèbes.

Après des études à l’université d'Athènes et à l’université de Rome La Sapienza, il a mené des recherches à l'Istituto Studi Micenei Egeo-anatolici (CNR, Rome), à l'Institute for Research in the Humanities (University of Wisconsin, Madison) et à l'Institute of Classical Studies (University College London).

Vasillis Aravantinos est spécialiste d'archéologie mycénienne et de l'étude du Linéaire B. Ses quelques 200 travaux et publications se concentrent sur la préhistoire égéenne, les débuts de l'art grec ainsi que sur l'histoire et l'archéologie de la Béotie. Il est membre du Service archéologique grec depuis 1981 et a été directeur de la IXe Éphorie des Antiquités préhistoriques et classiques de Thèbes (1993-2011). Il a enseigné l’épigraphie et l'archéologie égéennes dans les universités de Chieti, d'Urbino et de Napoli II (1990-2001). Membre de la Société archéologique d'Athènes, il est depuis 2012 directeur du programme de fouilles “Le palais mycénien de la Cadmée (Thèbes)”. Il est représentant de la Grèce au CIPEM (Comité international permanent des Études mycéniennes), ancien membre du bureau de l'AIAC (Associazione Internazionale di Archeologia Classica), membre du conseil de l'ICAC (Institut Català d'Arqueologia Clàssica) et membre correspondant du DAI (Deutsches Archäologisches Institut) de Berlin. 

 

Parmi ses publications :

- The Archaeological Museum of Thebes, 2010 (aussi en ligne sur www.latsisfoundation.org)

- Avec L. Godart, A. Sacconi, El. Andrikou, M. del Freo, J. Vroom, Thèbes. Fouilles de la Cadmée, I-IV, 2001-2006.

- Avec A. Konecny, R. Marchese,  Plataiai. Archäologie und Geschichte einer Boiotischen Polis, 2013.

- A New Inscribed kioniskos from Thebes, BSA 101 (2006), p. 369-377.

- Les fouilles des anciennes nécropoles dans la région de Thèbes en Béotie, in V. Jeammet (éd.), Tanagras. De l’objet de collection à l’objet archéologique. Actes de Colloque, Paris: Musée du Louvre, Bibliothèque Nationale, 22 novembre 2003, Paris 2007, p. 59-65.

 

 

 

Cycle(s) : Actualité de la recherche archéologique, 2013-2014

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.
 
Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Programme

Conférences de l’Actualité de la recherche archéologique

20 conférences en entrée libre : programme feuilletable en ligne

Cliquez ici