Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>L'invention du Juif

En partenariat avec :

par Victor I. Stoichita

Dans l’art chrétien, le Juif n’acquiert son identité propre qu’à partir du moment où il déclare sa résistance face au message christique. Ainsi, prophètes et ancêtres de l’Ancien Testament s’intègrent dans une vision typologique, préfigurant le Nouveau Testament. Ce n’est que lorsque le Juif se détache du Même en niant l’arrivée du Messie qu’il devient l’Autre. Pour cerner cet Autre, il faut l’interroger dans sa dimension imaginaire et dans une dialectique entre continuité et rupture.

Au sein de la société chrétienne, cette dialectique fut soumise à des pressions : les Juifs ne se distinguant par aucune « marque » visible (couleur de peau, stature ou allure), l’Église comme le pouvoir rabbinique les ont contraints à se différencier par des détails vestimentaires (rouelle, couvre-chef pointu, cafetan jaune). Plus encore, des stéréotypes physiognomoniques se créent (nez arqué, chevelure rousse). Comme l’ont montré de récentes études en histoire sociale des apparences, au cours du Moyen Âge cette différenciation juive s’instaura selon un processus lent et laborieux et ne fut assimilée que difficilement et contradictoirement à travers l’image peinte. Parcourir ce chemin, de Giotto à Rembrandt, signifie se confronter avec la construction en marche d’une altérité oscillante, fluctuante.

Victor I. Stoichita
Né à Bucarest en 1949, Victor I. Stoichita est professeur ordinaire à l’université de Fribourg. Après des études d’histoire de l’art aux universités de Bucarest et de Rome, il obtient le titre de docteur à l’université de Rome et de docteur d’État ès Lettres à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. Professeur invité dans plusieurs universités, centres de recherche et musées, il mène une carrière scientifique internationale de haut niveau récompensée par de nombreux prix, parmi lesquels un doctorat honoris causa de l’Université catholique de Louvain.
En 2009, il a été commissaire de l’exposition « La Sombra » («L’ombre») au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid. Ses nombreux ouvrages ont été traduits en plusieurs langues et se sont imposés comme des références majeures sur l’histoire de la représentation en Occident. Il a surtout contribué à ouvrir l’histoire de l’art à une anthropologie historique des images, ainsi qu’à une archéologie de la modernité artistique et de nos cultures visuelles contemporaines, par des enquêtes iconologiques nourries d’une érudition et d’une réflexion herméneutique des plus novatrices.
 

Ouvrages de référence de Victor I. Stoichita
Figures de la transgression, Genève, Droz, 2013 ; Le Corps transparent, actes de colloque (dir.), Rome, L’Erma di Bretschneider, 2013 ; L’OEil mystique : peindre l’extase dans l’Espagne du Siècle d’or, Paris, Le Félin, 2011 ; Para una historia cultural de la sombra, Actes de colloque (dir.), Madrid, musée Thyssen-Bornemisza, 2009 ; La Sombra, catalogue d’exposition (dir.), musée Thyssen-Bornemisza, Madrid, 2009 ; Cómo saborear un cuadro, Madrid, Cátedra, 2009 ; The Pygmalion Effect, Chicago, University of Chicago Press, 2008, trad. fr. Genève, Droz, 2008 ; Ver y no ver, Madrid, Siruela, 2005 ; Goya. The Last Carnival, avec A. M. Coderch, Londres, Reaktion Books, 1999 ; A Short History of the Shadow, Londres, Reaktion Books, 1997, trad. fr. Genève, Droz, 2000, 2e éd. 2004 ; Visionary Experience in the Golden Age of Spanish Art, Londres, Reaktion Books, 1995, 2e éd. 2006, trad. fr. Paris, Le Félin, 2011 ; L’Instauration du tableau. Métapeinture à l’aube des Temps modernes, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1993, 2e éd. Genève, Droz, 1999, 3e éd. 2005.

 

A noter également à 20h30 la projection de :
Monsieur Klein de Joseph Losey

Fr., 1976, 123 min, 35mm,
avec Alain Delon et Jeanne Moreau.
Robert Klein, un négociant alsacien confondu avec son homonyme juif résistant, « se met à assumer cet état de Juif qu’il n’est pas, et consent à sa propre disparition dans la masse des Juifs entraînés vers la mort » (G. Deleuze).

Cycle(s) : La Chaire du Louvre - conférences L’image de l’Autre, par Victor I. Stoichita
Evénement(s) : La Chaire du Louvre<br />L’image de l’Autre, par Victor I. Stoichita

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Tarif F
Le billet donne accès à la conférence de 18h30 et à la projection de 20h30
6 euros, plein
5 euros, réduit
3 euros, solidarité et jeune
Gratuit pour les adhérents Louvre jeunes et les étudiants en art et histoire de l’art dans la limite des places disponibles

Caisse de l’auditorium
Du lundi au samedi (sauf le mardi),de 9h à 17h15, les mercredi et vendredi jusqu’à 19h15.
Fermeture du 30 juin au 2 septembre 2014 inclus.

Par téléphone
01 40 20 55 00
Du lundi au vendredi (sauf mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Acheter un billet Achetez des billets pour l'ensemble du cycle

Autour de la conférence

Films


Documents liés

Programme détaillé de La Chaire du Louvre : "L’image de l’Autre", par Victor I. Stoichita

(pdf, 1.36 Mo)

Téléchargement


Restauration rapide

Un service de restauration rapide (boisson/sandwich) sera proposé sur place, entre 19h30 et 20h45, les jeudis 18 et 25 septembre, 2, 9 et 16 octobre 2014