Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Films>La Famille Stein, la fabrique de l’art moderne

La Famille Stein, la fabrique de l'art moderne d'Elizabeth Lennard et Dutch Darkness de Steve Woods
En présence de la réalisatrice

La Famille Stein, la fabrique de l’art moderne
d’Elisabeth Lennard
Fr., 2011, 53 min, coul.
Quand Leo Stein s’installe à Paris à la fin de l’année 1902, sa sœur Gertrude ne tarde pas à le rejoindre, suivie de près par Michael, l’aîné, venu avec sa femme Sarah. Issus d’une famille juive aisée établie en Californie – leur père gère le tramway de San Francisco –, ils bénéficient d’un taux de change avantageux qui leur permet d’acquérir les toiles de jeunes artistes, dont ils acceptent sans préjugés les recherches plastiques les plus audacieuses. Michael et Sarah, qui vouent une admiration inconditionnelle à Matisse, organisent rapidement leur collection autour des œuvres du peintre fauve. De leur côté, Leo et Gertrude (puis Gertrude et sa compagne Alice Toklas) accrochent des Cézanne, des Picasso, mais aussi des Gauguin ou des Juan Gris sur les murs de leur appartement. Le 27 rue de Fleurus, dans le sixième arrondissement, devient ainsi le centre névralgique de l’avant-garde de l’époque. Des peintres, des poètes venus de toute l’Europe, des écrivains américains (Fitzgerald, Hemingway…) se bousculent aux portes de ce premier « musée » de l’art moderne.

Poète, écrivaine et dramaturge, Gertrude Stein a trouvé dans la peinture une source d’inspiration, notamment chez les cubistes qu’elle a ardemment défendus. Mais alors qu’elle jouit aujourd’hui encore d’une certaine notoriété – elle est l’un des personnages du film de Woody Allen, Minuit à Paris –, l’influence de ses frères dans la promotion de l’art moderne est oubliée. Ce documentaire foisonnant, éclairé par les interventions de nombreux spécialistes (historiens de l’art, de la littérature, conservateurs de musées…), retrace le parcours de cette fratrie emblématique de la frénésie artistique du début du XXe siècle, qui a joué le rôle de passerelle entre les disciplines et entre l’Europe et l’Amérique. Des archives sonores et visuelles d’une richesse surprenante viennent compléter ce film raffiné qui redonne vie à une époque, au-delà de la saga familiale.


Précédé de : Dutch Darkness
de Steve Woods
Irlande, 2010, 5 min, coul., sans dialogue
Hommage à la peinture hollandaise du XVIIème siècle, cet opus insolite en propose une vision renouvelée.

Cycle(s) : Journées internationales du film sur l'art

Informations pratiques

Lieu :
Auditorium du Louvre sous la pyramide.

Tarif E (Journée : séances de 15h, 16h30, 18h) 6 euros, 5 euros (réduit), 4 ou 3 euros (solidarité et jeunes), Pass (pour tous les films) : 20 €, tarif réduit : 16 €

Réservations :
. Par téléphone : Au 01 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
. Sur place, à la caisse de l’auditorium, du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30, jusqu’à 19h30 les mercredis et vendredis, et jusqu’au début des séances les soirs de programmation.

Informations :
01 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Conditions des réductions tarifaires

Achetez des billets pour l’ensemble du cycle JIFA Achetez un billet pour la journée du 27 janvier 2013