Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>La page en mutation : métamorphoses et significations

Remerciements :
Avec le soutien des Laboratoires Septodont et de leur président Henri Schiller, mécène fondateur de la Chaire du Louvre.
En partenariat avec la Fondation Martin Bodmer (Genève).

Intervenant : Anthony Grafton
Historien de la culture européenne, titulaire de la chaire « Henry Putnam University Professor » à l’université de Princeton

Un moyen de mieux comprendre les conséquences des innovations présentes sur la forme et le contenu de la page écrite consiste à interroger attentivement les transformations du passé. Au second siècle de notre ère, le codex – notre livre actuel – se répandit avec un succès croissant, notamment parmi les chrétiens. Ce nouveau vecteur excita leur enthousiasme et ils surent en tirer parti. Les textes retranscrits sur rouleaux étaient toujours disposés en colonnes verticales. À Césarée, en Palestine – ville où chrétiens, juifs et païens vivaient côte à côte – les scribes et les érudits comprirent qu’ils pouvaient organiser chaque page ou chaque double feuillet du codex en une unité visuelle riche d’enseignement. S’ils remplissaient plusieurs colonnes en reliant divers types d’informations – qu’il s’agisse de confronter plusieurs versions du texte biblique ou d’effectuer un survol de l’histoire des nations – le lecteur pouvait saisir d’un coup d’œil les variations des langues et les correspondances de l’histoire. Vers l’an 300, le chrétien Eusèbe, évêque érudit et promoteur d’un vaste travail éditorial que des scribes réalisaient sous sa direction, imagina de nouvelles formes de mise en page qui transformèrent les pratiques et la portée du codex.

Anthony Grafton

Titulaire de la chaire « Henry Putman » à l’université de Princeton et ancien Président de l’American Historical Association, Anthony Grafton est un brillant historien des mouvements intellectuels qui se sont développés en Europe au début des Temps modernes. Considérant la transmission de la culture comme un processus créateur où le changement est toujours porteur de sens, il s'efforce d'analyser le contexte intellectuel en son entier. Ainsi a-t-il étudié de nombreux aspects de la culture de la Renaissance, depuis la tradition classique jusqu’à l'histoire de la science, celle des livres et des lecteurs. Sa vaste production témoigne de l'ampleur et des ramifications de ses enquêtes, qui poussent l’incursion jusqu'au présent le plus actuel. L’aspect le plus séduisant de sa profonde érudition se manifeste dans Faussaires et Critiques. Créativité et duplicité chez les érudits occidentaux (1993) et Les origines tragiques de l'érudition. Une histoire de la note en bas de page (1998). Soucieux de s’adresser à un large public, Anthony Grafton a contribué à l'organisation de deux grandes expositions : « New Worlds, Ancient Texts. The Power of Tradition and the Shock of Recovery» (New York, Public Library, 1992) et «Rome Reborn: the Vatican Library and Renaissance Culture» (Washington, Library of Congress, 1993). Du point de vue de l'histoire des disciplines humaines, ses contributions multiples et variées à l'histoire de l'érudition depuis la Renaissance sont exceptionnelles.

Docteur honoris causa de l’Université de Leyde, lauréat du prix Balzan 2002 pour l’histoire des sciences humaines et du prix 2003 de la Fondation Mellon.


Ouvrages de référence

  • Joseph Scaliger. A study in the History of Classical Scholarship I. Textual Criticism and Exegesis / II. Historical Chronology (Oxford: Clarendon Press, 1983-1993)
  • Faussaires et critiques : créativité et duplicité chez les érudits occidentaux (Paris : Belles Lettres, 1993, 1ère éd. en angl. 1990)
  • Defenders of the Text: The Traditions of Scholarship in an Age of Science, 1450-1800 (Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 1991)
  • Les origines tragiques de l'érudition : une histoire de la note en bas de page (Paris : Seuil, 1998, 1ère éd. en angl. 1997)
  • Cardano’s Cosmos : The Worlds and Works of a Renaissance Astrologer (Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 1999)
  • Leon Battista Alberti: Master Builder of the Italian Renaissance (Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 2000)
  • Bring out your Dead : the Past as Revelation (Cambridge, Mass. / Londres: Harvard University Press, 2001)
  • What was History? The Art of History in Early Modern Europe (Cambridge: Cambridge University Press, 2006)
  • Obelisk: A History (avec Brian A. Curran, Pamela O. Long et Benjamin Weiss, Cambridge, Mass.: Burndy Library / MIT Press, 2009)
  • Worlds Made by Words : Scholarship and Community in the Modern West (Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 2009)
  • “I Have Always Loved the Holy Tongue”: Isaac Casaubon, the Jews, and a Forgotten Chapter in Renaissance Scholarship (avec Joanna Weinberg, Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 2011)
  • The Classical Tradition (avec Glenn W. Most et Salvatore Settis, Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 2010)

 


 

 

Cycle(s) : La Chaire du Louvre - «La page de l’Antiquité à l’ère du numérique. Histoire, usages, esthétiques »

Informations pratiques

Lieu :
Auditorium du Louvre sous la pyramide.

Tarifs :
Tarif E : 6 euros, 5 euros (réduit), 4 ou 3 euros (solidarité et jeunes)

Réservations :
. Par téléphone : Au 01 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

. Sur place, à la caisse de l’auditorium, du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30, jusqu’à 19h30 les mercredis et vendredis, et jusqu’au début des séances les soirs de programmation.

Informations :
01 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Conditions des réductions tarifaires