Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Spectacle vivant et littérature>La série Z sur le gâteau ou le cinéma prophétique vu du dernier...

Spectacle vivant et littérature La série Z sur le gâteau ou le cinéma prophétique vu du dernier rang

Spectacle

Si vous n’arrivez pas à lire les médias, téléchargez Flash Player.

La série Z sur le gâteau ou le cinéma prophétique vu du dernier rang
de Pierre Alferi

Quoi de commun entre un gorille albinos, une bombe sexuelle préhistorique et un sacristain cannibale ? Les films qui leur furent consacrés ne sont ni du même genre, ni de la même époque, ni du même continent. Chacun possède pourtant des traits communs où s’accroche un air de famille, un air « psychotronique » : scénario abracadabrant, sujet scabreux, filmage foutraque, effets très peu spéciaux, interprétation ridicule.

Ce qui fut nommé, dès les années 60, « la série Z » est le point de fuite de plusieurs corridors obscurs de la production cinématographique. Mais le terme peut aujourd’hui servir à rendre hommage aux trésors de fantaisie déployés pour cacher la misère, à l’audace dans l’invention d’une imagerie sur des sujets encore tabous pour les grands studios. En prêchant dans le désert des salles de quartier, des vidéoclubs de banlieue et des plages nocturnes de la télé, beaucoup de « séries Z » se sont révélées prophétiques.

Leurs anticipations démentes, leurs apocalypses et leurs monstres ont finalement visé plus juste et inspiré davantage que les fables trop sages du cinéma majeur. Leur bricolage a devancé l’industrie du trompe-l’œil. La hâte panique de leurs tournages leur a permis de s’emparer les premiers de faits divers, de thèmes explosifs ou de modes bizarres, et d’intriguer ainsi les générations futures. La série Z sur le gâteau propose une anthologie personnelle et illustrée de ces prophéties marginales, grimaçantes ou minables ; autant d’esquisses d’un contre-modèle esthétique et moral par un cinéma fièrement mineur, au rire libérateur.
 

Pierre Alferi est l’auteur d’une quinzaine de livres de poésie, de romans et d’essais (la plupart chez P.O.L), mais aussi de films expérimentaux et de pièces sonores, de livres d’images et d’affiches. Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions, projections et lectures, en France et à l’étranger. Il enseigne à Paris, aux Arts Déco et aux Beaux-Arts. Son dernier livre, Kiwi, est un roman feuilleton illustré (P.O.L).

Durée : 1h

 

 

Cycle(s) : Prophéties rétro-futuristes
Evénement(s) : Prophéties

Séances

  Lieu Commentaires Réservation
08/06/2014 - 16h Auditorium Durée : 1h

Informations pratiques

Lieu :
Auditorium du Louvre sous la pyramide.
Tarifs :
Tarif E : 10 euros, 8 euros (réduit), 5 euros (solidarité et jeunes), 3 euros (scolaires)

Réservations :
. Par téléphone : Au 01 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
. Sur place, à la caisse de l’auditorium, du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30, jusqu’à 19h30 les mercredis
et vendredis, et jusqu’au début des séances les soirs de programmation.
Informations :
01 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Achetez des billets pour le cycle Prophéties Acheter un billet