Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Le Brun façon puzzle. L’usage des cartons dans la fabrique des...

par Bénédicte Gady, musée du Louvre, département des Arts graphiques

En 1690 fut saisi, au profit de la Couronne, tout le fonds d’atelier du premier peintre du roi Charles Le Brun. Cette décision inattendue explique la présence au musée du Louvre, héritier des collections royales, de plus de trois mille dessins de l’artiste. Parmi ceux-ci figurent des centaines de grands cartons préparatoires aux décors, c’est-à-dire des dessins à échelle d’exécution tracés sur plusieurs feuilles de papier assemblées, destinés à reporter sur les voûtes, par morceaux, les projets arrêtés. Aussi ces cartons étaient-ils généralement malmenés lors de leur maniement sur les chantiers. Utilitaires, abîmés, ils ont rarement été conservés et n’ont été considérés que très tardivement comme des œuvres d’art. Autrefois source de mépris, cette fonction d’usage fait aujourd’hui leur prix, car elle permet d’entrer au cœur du processus de création mais aussi de production des œuvres, au-delà même de la force esthétique parfois saisissante des pièces.

Ces cartons se rapportent principalement à deux décors du château de Versailles, le grand escalier, dit escalier des Ambassadeurs (détruit), et la grande
galerie, dite galerie des Glaces, ainsi qu’à deux ensembles du château de Sceaux, le pavillon de l’Aurore et la chapelle (détruite). Le Brun et ses assistants ont eu
recours à deux techniques pour transférer le dessin sur le support définitif : parfois les contours du carton, préalablement appliqué sur la voûte, sont repassés avec
une pointe afin de creuser un léger sillon sur la paroi ; parfois les contours sont troués avec une aiguille, puis le carton ou le poncif posé contre la voûte est frotté
avec une poudre de charbon qui dépose une trace le long de ces perforations.

Les deux méthodes alternent suivant les différents cartons, selon un critère de répartition que l’importance numérique du fonds d’atelier permet de dégager.
Exceptionnellement, elles se superposent, d’une manière pour le moins énigmatique.

Biographie

Docteur en histoire de l’art et ancienne pensionnaire à l’Académie de France à Rome (Villa Médicis), Bénédicte Gady est collaboratrice scientifique au département des Arts graphiques du musée du Louvre.
Auteur de nombreux articles sur l’art français et italien des XVIIe et XVIIIe siècles, elle a participé à la publication des Conférences de l’Académie royale de peinture et de sculpture (t. I à III, 2007-2009) et à l’édition scientifique des actes du colloque Richelieu patron des arts (Paris, 2009).
Elle a consacré un ouvrage aux débuts de Charles Le Brun, avant sa nomination comme Premier Peintre de Louis XIV : L’Ascension de Charles Le Brun. Liens
sociaux et production artistique (Paris, 2010), pour lequel elle a reçu le prix François-Victor Noury, de l’Institut.
Elle a été commissaire de plusieurs expositions au musée du Louvre : « Jean- Baptiste Deshays » (2009), « Jean-Baptiste Marie Pierre » (2010), « Pietro da Cortona
et Ciro Ferri. L’invention baroque » (2011), « Dessins français de la collection Mariette » (avec Pierre Rosenberg et Laure Barthélemy-Labbeuw, 2011-2012)
et « Dessiner pour prier. Projets pour les églises de Paris au XVIIe siècle » (2013). L’étude qu’elle mène sur les cartons de Charles Le Brun accompagne la préparation de deux expositions, l’une sur les dessins pour les plafonds parisiens du XVIIe siècle (Louvre, 2014), et l’autre sur les cartons pour les décors de Versailles (Palma de Majorque et Saragosse, Caixa Forum, 2015-2016).

 

Informations pratiques

Lieu :
Auditorium du Louvre sous la pyramide.
 
Tarifs :
Tarif E : 6 euros, 5 euros (réduit), 4 ou 3 euros (solidarité et jeunes) ou abonnement pour le cycle (20 €)
Gratuit avec la CLJ (Carte Louvre Jeunes) et pour les étudiants en art, dans la limite d’un quota de places garanties.
Retrait des billets une heure avant aux caisses de l’auditorium.
 
Réservations :
 . Par téléphone : Au 01 40 20 55 00, du lundi au vendredi (sauf le mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.
 
. Sur place, à la caisse de l’auditorium, du lundi au samedi (sauf le mardi) de 9h à 17h30, jusqu’à 19h30 les mercredis et vendredis, et jusqu’au début des séances les soirs de programmation.
 
Informations :
 01 40 20 55 55, de 9h à 19h du lundi au vendredi.

Conditions des réductions tarifaires