Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Le Grand Turc

En partenariat avec :

par Victor I. Stoichita

En 1453, le sultan Mehmet II qui, à seulement 21 ans, avait fait tomber l’Empire romain d’Orient, devint un nom redouté de tous les grands d’Occident. Mais il dut attendre le séjour de Gentile Bellini à Istanbul en 1480 pour gagner une figure. Vasari, dans ses Vies des Peintres, nous en livre le récit : « Gentile ne tarda pas à faire un portrait du souverain, si ressemblant qu’on le regarda comme un miracle. Ayant constaté les nombreuses possibilités de la peinture, l’empereur demanda à Gentile s’il se sentait capable de faire son propre portrait. Gentile répondit affirmativement et, en peu de jours, fit son autoportrait à l’aide d’un miroir, si ressemblant
qu’il paraissait vivre. Il le porta au souverain ; celui-ci en fut tellement émerveillé qu’il lui était impossible de ne pas croire que Gentile fût habité par quelque esprit surnaturel. »
L’épreuve de l’autoportrait est incertaine mais significative. La demande, voire le défi, que le sultan adresse au peintre vise le pouvoir de la représentation mimétique. Prendre l’Autre en image est un acte de force. En invitant Bellini à se représenter lui-même, le sultan (ou Vasari) tente de renverser le rapport
de pouvoir, en faisant basculer la relation objet / sujet. L’expérience fondamentale de l’Autre s’accomplit surtout, ou seulement, à travers l’expérience du Même.

Victor I. Stoichita
Né à Bucarest en 1949, Victor I. Stoichita est professeur ordinaire à l’université de Fribourg. Après des études d’histoire de l’art aux universités de Bucarest et de Rome, il obtient le titre de docteur à l’université de Rome et de docteur d’État ès Lettres à l’université Paris-1 Panthéon-Sorbonne. Professeur invité dans plusieurs universités, centres de recherche et musées, il mène une carrière scientifique internationale de haut niveau récompensée par de nombreux prix, parmi lesquels un doctorat honoris causa de l’Université catholique de Louvain.
En 2009, il a été commissaire de l’exposition « La Sombra » («L’ombre») au musée Thyssen-Bornemisza de Madrid. Ses nombreux ouvrages ont été traduits en plusieurs langues et se sont imposés comme des références majeures sur l’histoire de la représentation en Occident. Il a surtout contribué à ouvrir l’histoire de l’art à une anthropologie historique des images, ainsi qu’à une archéologie de la modernité artistique et de nos cultures visuelles contemporaines, par des enquêtes iconologiques nourries d’une érudition et d’une réflexion herméneutique des plus novatrices.

Ouvrages de référence de Victor I. Stoichita
Figures de la transgression, Genève, Droz, 2013 ; Le Corps transparent, actes de colloque (dir.), Rome, L’Erma di Bretschneider, 2013 ; L’OEil mystique : peindre l’extase dans l’Espagne du Siècle d’or, Paris, Le Félin, 2011 ; Para una historia cultural de la sombra, Actes de colloque (dir.), Madrid, musée Thyssen-Bornemisza, 2009 ; La Sombra, catalogue d’exposition (dir.), musée Thyssen-Bornemisza, Madrid, 2009 ; Cómo saborear un cuadro, Madrid, Cátedra, 2009 ; The Pygmalion Effect, Chicago, University of Chicago Press, 2008, trad. fr. Genève, Droz, 2008 ; Ver y no ver, Madrid, Siruela, 2005 ; Goya. The Last Carnival, avec A. M. Coderch, Londres, Reaktion Books, 1999 ; A Short History of the Shadow, Londres, Reaktion Books, 1997, trad. fr. Genève, Droz, 2000, 2e éd. 2004 ; Visionary Experience in the Golden Age of Spanish Art, Londres, Reaktion Books, 1995, 2e éd. 2006, trad. fr. Paris, Le Félin, 2011 ; L’Instauration du tableau. Métapeinture à l’aube des Temps modernes, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1993, 2e éd. Genève, Droz, 1999, 3e éd. 2005.

A noter également à 20h30 la projection de :
Tous les autres s’appellent Ali (Angst essen Seele auf) de Rainer Werner Fassbinder
All., 1974, 93 min, vostf, 35mm,
avec Brigitte Mira et El Hedi ben Salem.
Transposant Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk dans l’Allemagne des années 1970, Fassbinder dépeint les réactions exacerbées suscitées par l’union
d’un immigré marocain avec une Allemande de vingt ans son aînée.

Cycle(s) : La Chaire du Louvre - conférences L’image de l’Autre, par Victor I. Stoichita
Evénement(s) : La Chaire du Louvre<br />L’image de l’Autre, par Victor I. Stoichita

Séances

  Lieu Commentaires Réservation
09/10/2014 - 18h30 Auditorium Durée : 1h30

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Tarif F
Le billet donne accès à la conférence de 18h30 et à la projection de 20h30
6 euros, plein
5 euros, réduit
3 euros, solidarité et jeune
Gratuit pour les adhérents Louvre jeunes et les étudiants en art et histoire de l’art dans la limite des places disponibles

Caisse de l’auditorium
Du lundi au samedi (sauf le mardi),de 9h à 17h15, les mercredi et vendredi jusqu’à 19h15.
Fermeture du 30 juin au 2 septembre 2014 inclus.

Par téléphone
01 40 20 55 00
Du lundi au vendredi (sauf mardi), de 11h à 17h, uniquement par carte bancaire.

Acheter un billet Achetez des billets pour l'ensemble du cycle


Documents liés

Programme détaillé de La Chaire du Louvre : "L’image de l’Autre", par Victor I. Stoichita

(pdf, 1.36 Mo)

Téléchargement


Restauration rapide

Un service de restauration rapide (boisson/sandwich) sera proposé sur place, entre 19h30 et 20h45, les jeudis 18 et 25 septembre, 2, 9 et 16 octobre 2014