Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Expositions & Actualités>Conférences et colloques>Le projet Ancyre et les « Res gestae » : le « testament » de...

par Paula Botteri, Università degli Studi di Trieste

Le texte des Res Gestae Divi Augusti, appelé aussi « testament d’Auguste », est l’un des documents les plus célèbres du monde romain. Il présente en effet l’autoportrait politique d’Auguste et le récit de la naissance du principat, histoire d’une constitution qui n’a jamais été écrite par les Romains. Matériellement issues de plusieurs sources épigraphiques, les Res Gestae ont encore récemment fait l’objet de révisions éditoriales.

À la mort d’Auguste survenue en 14 après J.-C., Tibère, qu’il a adopté, lui succède. C’est le fils de ce dernier, Julius Caesar Drusus, qui donna lecture de ses volontés au Sénat. Outre les legs personnels effectués par le Princeps en faveur de ses héritiers directs et du peuple romain, le texte ordonnait qu’une partie de son testament politique fût gravée sur des tables de bronze, déposée à l’entrée de son mausolée et exposée au public. Tibère ne se contenta pas d’exécuter les ordres de son père adoptif : il fit copier l’original de cet extraordinaire manifeste de pouvoir et diffusa le texte dans les différentes provinces de l’empire.

On peut imaginer que des copies du « testament » d’Auguste parvinrent ainsi dans de nombreuses régions de l’empire romain, notamment dans les nouvelles provinces. Mais quelle qu’en ait été la diffusion, les copies qui nous sont aujourd’hui parvenues de ce texte sont peu nombreuses : la principale est la grande inscription qui recouvre les parois du temple d’Auguste et Rome à Ancyre (l’actuelle Ankara), que Mommsen appelait la « reine des inscriptions » ; deux autres fragments du texte viennent compléter cette inscription, découverts sur des sites mineurs de l’antique Pisidie, au cœur de l’Anatolie, tandis que quelques lignes ont encore été identifiées sur une épigraphe découverte à Sardes au début du siècle dernier.

Cette conférence donnera un aperçu du projet de recherche scientifique ‒ toujours en cours aujourd’hui ‒ appelé « projet Ancyre », du nom de la ville romaine antique, entrepris par le Département des Sciences humaines de l’Université de Trieste sous l’égide du Ministère italien des Affaires étrangères.

Paula Botteri exerce des activités d’enseignement depuis 1970, en tant que chercheuse puis comme professeur auprès de la Faculté de Lettres et de Philosophie de l’Université de Trieste. Spécialiste d’histoire romaine antique, elle a notamment enseigné l’exégèse des sources d’histoire grecque et romaine et la géographie historique du monde antique. En France, elle est intervenue au sein de divers projets de recherche et cycles d’enseignement, auprès de l’EPHE, de l’EHESS ou de l’Université Paris II. Membre du CNRS, elle collabore également au projet Rotondi pour la révision complète de l’édition des Leges publicae Populi Romani (G. Rotondi, Milan, 1912). Elle est responsable, pour cette entreprise, des leges agrariae e coloniariae. Elle est directrice du « Projet Ancyre » -  mené par le Département des Sciences humaines de l’Université de Trieste et le Ministère italien des Affaires étrangères - et, depuis 1997, de la mission italienne à Ankara pour les recherches sur le temple d’Auguste et Rome.    

Parmi ses publications :
- Missione in Turchia : il Monumentum Ancyranum, Quaderni di Storia, 54, 2001, p. 133-148.
- Les Res Gestae Divi Augusti. Représentations monumentales du pouvoir, Cahiers de la MRSH  46, 2006, p. 43-50.
- Avec G. Fangi et L. Bornaz, Decay Development and Technology Development. The Temple of Augustus in Ankara, The 29 International Symposium of Excavation, Survey and Archaeometry, 28th May-1st June 2007, Ankara, 2008, Arkeometri Sonuçlari Toplantisi, p. 213-34.
- Res Gestae Divi Augusti. Les hauts faits du Divin Auguste (dans l’ouvrage collectif sur le “Progetto Ancyra”), sous presse.
- Leggi 1- Flaminia de agro Piceno (et) Gallico, 232 a.C.; 2- Atinia de coloniis quinque deducendis, 197 a.C.; 3- Pl. Sc. Aelium de coloniis latinis deducendis, 194 a.C. ; 4- de coloniis scribendis ? ; 5-  agraria, 173 a.C.;  per il rifacimento delle Leges publicae Populi Romani pubblicate nel 1912 da G. Rotondi (en tant que membre de l’équipe CNRS de Paris, URA 1979), sous presse.

Cycle(s) : Actualité de la recherche archéologique, 2013-2014

Informations pratiques

Lieu
Auditorium du Louvre

Accès
Métro : Palais-Royal / Musée du Louvre.
Entrée par la pyramide, le passage Richelieu ou les galeries du Carrousel.
Parking du Carrousel ouvert de 7h à 23h.
 
Entrée libre dans la mesure des places disponibles

Programme

Conférences de l’Actualité de la recherche archéologique

20 conférences en entrée libre : programme feuilletable en ligne

Cliquez ici