Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>La recherche scientifique>Les bronzes français

Les bronzes français

Projet suivi par Geneviève Bresc-Bautier

Durant l’année 2011, David Bourgarit a poursuivi au C2RMF les analyses des sculptures en bronze. Ces analyses n’ont concerné qu’un petit nombre des oeuvres du Louvre qui avaient déjà fait l’objet de radiographies et de prélèvements à la suite de l’exposition sur les bronzes français en 2009. Mais il s’est révélé indispensable d’agir sur les nouvelles traces d’oxydation apparues sur le gisant accoudé du prince de Carpi, attribué à Giovan Francesco Rustici. L’observation et la restauration de l’oeuvre par Emmanuel Plé et les analyses de David Bourgarit ont permis de préciser la nature de l’alliage (un cuivre peu allié), la répartition des dorures et la technique de mise en forme et de ciselure.
De nouvelles collaborations sont venues élargir le corpus : à Versailles, un programme de constat d’état et d’analyses rapides a été engagé (David Bourgarit, Alexandre Maral, Antoine Amarger) ; David Bourgarit a procédé à l’analyse de la plupart des bronzes du château de Fontainebleau, dont ceux de Primatice, la Diane de Prieur, divers bustes, le Gladiateur combattant attribué à Hubert Lesueur, les deux statues attribuées à Vinaccia, des mascarons de fontaine attribués à Francesco Bordoni. Enfin, à la suite de l’exposition sur la sculpture champenoise tenue à Troyes, l’interrogation qui portait sur deux statuettes (évêque et saint Pierre) du trésor de la cathédrale de Troyes a été résolue. Alors que plusieurs historiens d’art y voyaient la main du Maître de Chaource, le plus grand sculpteur des années 1500 en Champagne et Lorraine, l’analyse a montré qu’elles étaient faites d’un laiton de composition analogue à celle des productions mosanes et plus précisément des statuettes de Renier van Thienen. Il faut désormais entériner l’hypothèse de l’importation d’une oeuvre mosane, chandelier monumental ou lutrin, orné de statuettes, qui participe à la forte influence nordique décelable dans la sculpture champenoise au XVIe siècle.
En parallèle, le programme s’est poursuivi aux États-Unis avec Francesca Bewer à Harvard et Jane Basset au J. Paul Getty à Los Angeles. Celle-ci a procédé à l’analyse des bronzes de Houdon, dont ceux du Louvre en collaboration avec Guilhem Scherf.
Afin de faire connaître les recherches des années 2008-2011, une journée d’actualité de la recherche au Louvre, suivie de deux jours de conférences au C2RMF, a eu lieu en juin 2012. En 2011, le comité scientifique (Francesca Bewer, David Bourgarit, Geneviève Bresc, Philippe Malgouyres, Guilhem Scherf) a préparé cette confrontation d’expériences entre spécialistes venus des États-Unis, d’Allemagne, d’Angleterre, de Hollande ou de Suède.

G. Bresc-Bautier

English version

During 2011, David Bourgarit continued his analyses of bronze sculptures at the C2RMF. The corpus of works was expanded through new collaborations: at Versailles, Fontainebleau and Troyes (following the exhibition on sculpture from the Champagne region).
At the same time, the programme continued in the United States, with Francesca Bewer’s work at Harvard and Jane Basset at the J. Paul Getty in Los Angeles. The latter analysed Houdon’s bronzes, including those in the Louvre in collaboration with G. Scherf.
In order to disseminate the research work from 2008–11, several events were scheduled for June 2012: a day devoted to current research work in the Louvre, followed by two days of conferences at the C2RMF.

(Voir Travaux de recherche, année 2010 :
http://www.louvre.fr/autour-des-techniques-des-bronzes-francais)

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet