Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>La recherche scientifique>Louis François Roubiliac, Philip Dormer Stanhope, quatrième...

Louis François Roubiliac, Philip Dormer Stanhope, quatrième comte de Chesterfield (1694-1773)

Roubiliac fit toute sa carrière à Londres, où il est documenté dès 1730. Il connut le comte de Chesterfield en 1745. Celuici était une personnalité considérable, membre d’une grande famille de l’aristocratie anglaise, homme politique influent du parti whig, plusieurs fois ambassadeur. De juillet 1745 à juillet 1746, il fut chargé du gouvernement de l’Irlande. Intellectuel et éminent francophile – il séjourna plusieurs fois en France et correspondit avec Montesquieu et Voltaire –, il a laissé des lettres à son fils qui sont restées célèbres et respirent l’idéal de vertu morale et de raffinement d’un homme pétri de références antiques. Chesterfield en effet portait une admiration sincère aux grands hommes de l’Antiquité : dans une lettre datée du 17 mai 1745, il annonce qu’il vient d’acquérir pour sa bibliothèque un buste de Cicéron. Roubiliac représenta ce haut personnage selon la tradition antique : le visage sévère aux cheveux courts repose sur un buste à la découpe large jusqu’aux épaules, sans aucun vêtement. Le marbre, daté de 1745 (Londres, National Portrait Gallery), porte une inscription spécifiant que le portrait a été fait « ad vivum ». Trois bronzes ont été exécutés, dont deux ont des provenances irlandaises : il s’agit de toute évidence de dons faits par Chesterfield à des Irlandais dans le contexte de sa mission sur l’île. Celui du Louvre fit partie de la collection de Nathaniel Clements, responsable de Phoenix Park à Dublin, dont la restauration et l’ouverture au public furent un des grands projets du comte.

G. Scherf


 

Louis François Roubiliac (Lyon, 1702 – Londres, 1762)
Philip Dormer Stanhope, quatrième comte de Chesterfield (1694-1773)
1745
Buste, bronze, sur piédouche en marbre, avec ses armoiries en bronze
et la devise ADEO ET REGE. H. 48,2 cm (avec le piédouche 63 cm) ;
l. 37,5 cm ; pr. 28 cm
Ancienne collection Nathaniel Clements. Acquis en vente publique à
Londres, Sotheby’s, le 14 juillet 2010, n° 132
Département des Sculptures (R.F. 2010-09)


 

Bibliographie

Baker (M.), « The production and viewing of bronze sculpture in eighteenth- century England », La scultura II. Studi in onore di Andrew Ciechanowiecki, Antologia di belle arti, nouvelle série, Torino, Umberto Allemandi, 1996, no 52-55, p. 152-153, fig. 10.

Dawson (A.), Portrait Sculpture. A Catalogue of British Museum Collection c. 1675-1975, Londres, British Museum Press, 1999, p. 65, note 11, et p. 68, note 16.

Kennedy (R.), Dublin Castle Art. The Historical and Contemporary Collection, Dublin, Office of the Public Works, 1999, p. 94.

Bilbey (D.) et Trusted (M.), British Sculpture 1470 to 2000. A Concise Catalogue of the Collection at the Victoria and Albert Museum, Londres, V. and A. Publications, 2002, p. 116.

Roscoe (I.), avec Hardy (E.) et Sullivan (M. G.), A Biographical Dictionary of Sculptors in Britain 1660-1851, New Haven et Londres, Yale University Press, 2009, p. 1067, no 72 (notice M. Baker).

L’Antiquité rêvée. Innovations et résistances au XVIIIe siècle, catalogue de l’exposition (Paris, musée du Louvre ; Houston, The Museum of Fine Arts, 2010-2011), sous la dir. de Faroult (G.), Leribault (Ch.) et Scherf (G.), Paris, Musée du Louvre éditions et Gallimard, 2010, p. 398-399, n° 132, repr. (notice Guilhem Scherf).

Scherf (G.), dans La Revue des musées de France. Revue du Louvre, 2011-2, p. 60-61, repr.

English version

 

Roubiliac pursued his entire career in London, where he was first documented in 1730. In 1745, he met the Earl of Chesterfield, an aristocrat and aesthete, who was an influential politician in the Whig party and was appointed ambassador several times. Roubiliac represented this influential figure in the antique manner: the face is severe, the hair cut short, there is no clothing, and the bust has been radically trimmed, tapering from the chest all the way up to the shoulders. The magnificent marble (London, National Portrait Gallery), dating to 1745, bears an inscription that specifies that the portrait was executed ad vivum. This bronze is one of the three busts in the same material given by Chesterfield to Irish people when he was Governor General of Ireland.

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet