Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Cercueils et couverturede Tamoutnéfret,1295-1186 av. J.-C.,bois...

Cercueils et couverture de Tamoutnéfret, chanteuse d’Amon de Karnak

Cercueils et couverture
de Tamoutnéfret,
1295-1186 av. J.-C.,
bois stuqué doré et peint ;
L. cercueil ext. 192 cm ; int. 180 cm ;couv. 68 cm et 111 cm

© RMN-GP Musée du Louvre / Les frères Chuzeville

Deux cercueils qui s'emboîtent l'un dans l'autre à la manière de poupées gigognes contenaient la dépouille de dame Tamoutnéfret. Ils adoptent la forme d'une momie. Apparu au Moyen Empire (2033-1710 av. J.-C.), ce type de cercueil se substitue progressivement aux cuves rectangulaires des époques précédentes. Le décor date cet ensemble funéraire de la XIXe dynastie (1295-1186 av. J.-C.). Le couvercle reproduit l'image idéalisée de la défunte. La dorure du visage et des mains évoque la chair imputrescible des divinités. La tête est coiffée d'une lourde perruque ceinte d'un bandeau de fleurs et supportant une fleur de lotus, symbole de renaissance. Bras croisés sur la poitrine, Tamoutnéfret est parée d'un collier large et d'un pectoral illustrant la navigation du dieu solaire. Au-dessous, Nout, déesse du ciel, étend ses ailes protectrices. À l'extérieur, les deux cuves figurent des divinités favorisant la survie comme Anubis, Thot et les quatre fils d'Horus. La momie était dissimulée sous une couverture en bois en deux parties, l’une qui recouvre le visage, l’autre le corps.
Les cercueils de Tamoutnéfret reflètent une pratique très ancienne qui consiste à déposer la momie dans deux cercueils de bois ou un cercueil de bois et un sarcophage de pierre pour qu’elle bénéficie d'une meilleure protection. Au Moyen Empire (2033-1710 av. J.-C.), l'intérieur des cercueils de forme rectangulaire portait un décor différent composé de frises d'objets et des Textes des Sarcophages guidant le mort dans l'au-delà.