Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Homme devant un autel,Plaque de terre cuite peinte dites plaque...

Homme devant un autel

Homme devant un autel,
Plaque de terre cuite peinte dites plaque Campana,
3ème quart du VIe s av. J.-C.,
H : 1,24m ; L : 0,59m

© RMN Musée du Louvre/ Hervé Lewandowski

L’autel est bien le point de contact et d’articulation entre hommes et dieux. Cœur nécessaire et efficace du sacrifice, il peut à ce titre figurer à lui seul le rite dans toute son efficience. Telle est l’option visuelle, par focalisation, qu’a choisie pour cette plaque de terre cuite provenant de Cerveteri un peintre étrusque du 3ème quart du VIe siècle avant notre ère. L’image rappelle que l’autel est une construction bien humaine, sur laquelle pourront être déposées et transformées, par le feu notamment, les offrandes. Aucun autel n’est jamais présenté comme un don des dieux. C’est aux hommes de l’ériger pour créer les conditions du sacrifice et, donc, des bons rapports entre hommes et dieux. Qu’il soit fait de briques polychromes comme ici, ou artistement sculpté dans le marbre, ou encore construit avec un amas de cailloux ou de gazon, seules comptent sa fonction et l’efficacité des rites qui s’y déroulent, La plaque évoque ces derniers par la présence d’un officiant, par le feu qui brûle à sa surface et peut-être aussi par le lébès (bassin rituel) qui repose sur une colonnette disposée sur le rebord de l'autel. Par-delà les différences entre les traditions cultuelles et rituelles grecques, étrusques ou romaines, l’autel est un espace du rite qui porte en lui suffisamment de sens pour exprimer, métonymiquement, le sacrifice, et plus largement les dévotions dues aux dieux par les hommes.