Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>La Descente de croix,Jean Jouvenet, 1697,H : 4,24m ; L : 3,12m

La Descente de croix

La Descente de croix,
Jean Jouvenet, 1697,
H : 4,24m ; L : 3,12m

© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Droits réservés

Cette Descente de croix, peinte par Jean Jouvenet en 1697 pour l'autel principal de l'église du couvent des Capucines de la place Louis-le-Grand, à Paris, fut placée dans les collections de l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1756. Elle entra au Louvre à la Révolution. Alors que les Evangiles ne mentionnent que la présence de Joseph d’Arimathie et de Nicodème pour déclouer et ensevelir le corps, la scène s’est enrichie au cours des siècles. Dans l’art de la Réforme catholique, elle comprend souvent de nombreuses figures et deux échelles apposées à la Croix. Ici la composition très théâtrale répartit une dizaine de personnages autour du Christ. Les uns, réunis en grappe au sommet, retiennent ce corps ployé en arrière dont la pesanteur est sensible, les autres en bas se partagent entre la déploration - tels la Vierge et Saint Jean rejetés sur le côté gauche ou la pleureuse à droite -, et l’accueil du défunt que manifestent ceux qui déploient un vaste linceul au pied de la croix. Au cœur de cette organisation dynamique servie par une gamme chromatique chaude et diversifiée, la blancheur éclatante de ce linge, qui fait écho à celle du perizonium, attire l’œil sur le nœud dramatique de la scène évitant toute diversion potentielle. Si Jouvenet se montre ici proche du parti coloriste de Rubens, il n’oublie pas, dans le soin de la composition et la noblesse d’attitude des différentes figures, la leçon de Le Brun, offrant en ce siècle où s’affrontent partisans du dessin et de la couleur une synthèse originale autour de la grande peinture d’histoire.