Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>La Vierge glorieuse. Scènes de la vie de la Vierge,Polyptyque,...

La Vierge glorieuse

La Vierge glorieuse. Scènes de la vie de la Vierge,
Polyptyque, vers 1320-1340, Paris,
ivoire d'éléphant,
H : 28,2 cm ; L : 23,5 cm

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Daniel Arnaudet

Il est intéressant de comparer cette souple figure de Vierge de type gothique avec le hiératisme de la Vierge romane d’Auvergne.
Dans la production des ivoiriers gothiques, on désigne sous le nom de tabernacle, les petits polyptyques dont les volets articulés se replient sur une partie centrale, à la manière d’une chapelle portative. La vierge à l’enfant peut y être placée comme un ciboire (vase contenant les hosties) dans le tabernacle (terme dérivé de la tente qui abritait l’Arche d’alliance).
Sculptée en demi-ronde bosse, la silhouette de Marie tenant l’enfant Jésus sur son bras gauche, dans une posture que l’on retrouve dans la sculpture gothique monumentale contemporaine, est d’une grande finesse. Le drapé du manteau, qui lui couvre la tête et retombe en plis souples sur sa robe, est souligné par une polychromie dont subsistent quelques traces, notamment dans les bordures dorées. Elle porte une couronne dorée et fleuronnée de reine du ciel.
Son hanchement gracieux et le drapé élégant de sa robe traduisent une beauté idéale tandis que le geste de l’Enfant rappelle le type byzantin de la Vierge de tendresse et également la thématique du Cantique des Cantiques. La pomme que tient Jésus évoque le fruit de l’arbre défendu dans la Genèse et pose le Christ en nouvel Adam, sauveur de l’humanité.
Les volets ouverts développent en bas-relief des scènes des évangiles de l’Enfance  et se lisent de gauche à droite : l’Annonciation (le buste de l’ange apparaît en haut à gauche), la Visitation, puis à droite la Nativité sur deux volets ; en bas, également sur deux volets, l’Adoration des Mages à gauche et la Présentation au temple à droite.