Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Le Christ en croix adoré par deux donateurs,Domenico...

Le Christ en croix adoré par deux donateurs

Le Christ en croix adoré par deux donateurs,
Domenico Theotokopoulos dit Le Greco
Vers 1590, huile sur toile,
H : 2,60 m ; L : 1,71 m

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Gérard Blot

La dévotion à saint François d’Assise (1182- 1226) est très vive au cours au XVIIe siècle, siècle d’or de la peinture espagnole. Le  « poverello » qui, après une jeunesse dissipée, avait épousé mystiquement Dame Pauvreté, et fondé un ordre mendiant, auquel il donne le nom de Frères mineurs, est devenu par sa conduite exemplaire une figure idéale de sainteté. Différents épisodes de sa vie sont rapportés selon le modèle de l’imitatio Christi, à l’instar de la stigmatisation. Ainsi, une légende franciscaine raconte qu’en 1449, le Pape Nicolas V, descendant dans la crypte sous la basilique d’Assise, aurait trouvé le corps, non putréfié, debout, les yeux tournés vers le ciel. Soulevant le bas de sa robe de bure, il aurait aperçu l’un des pieds stigmatisés du saint, dont la plaie saignait encore.
C’est cette apparition que représente cette sculpture polychrome : la silhouette extatique du saint se dresse devant le spectateur avec un grand pouvoir d’illusion que suggèrent les plis très naturels de sa robe de bure sculptée en noyer; les larges manches dissimulent les mains, tandis que le pied droit, sculpté à part, semble prêt à s’avancer.
La polychromie rend subtilement la texture des différentes pièces de tissu du vêtement et rappelle le travail d'Alonso Cano auquel ce Saint François a été souvent attribué hypothétiquement.