Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Le Christ mort couché sur son linceul, Philippe de Champaigne,...

Le Christ mort couché sur son linceul

Le Christ mort couché sur son linceul,
Philippe de Champaigne, vers 1654,
H. : 0,68m ; L. : 1,97m

© 2009 Musée du Louvre/ Erich Lessing

Peint avant 1654, date à laquelle le tableau fut gravé par Nicolas de Plattemontagne, ce Christ mort est traité avec un réalisme saisissant. Jésus laissé seul repose sur une pierre tombale recouverte d’un linceul taché de sang. Le corps vu de profil occupe presque toute la surface du tableau dont le cadrage resserré, en longueur, évoque un tombeau. Seul détail annexe, la couronne d’épines en aplomb près de la tête rappelle la Passion. Le cadavre, livide, aux extrémités déjà bleuies, présente la trace des stigmates aux pieds et aux mains ainsi que la plaie sur le côté. A l’instar des œuvres célèbres de Mantegna (v. 1466) ou d’Holbein (1521) sur ce thème, il invite le spectateur à méditer sur la réalité de la mort du Seigneur. Toutefois la tête légèrement relevée, en partie dans l’ombre, apporte ici une note de douceur. Le corps qui se détache sur un fond totalement sombre semble éclairé par son propre rayonnement et des gouttes de sang perlent encore des plaies comme si ce sang christique n’était pas atteint par la mort. L’inscription en latin gravée sur la pierre oriente la méditation « Baptisé dans le Christ Jésus, c’est dans sa mort que nous sommes baptisés, nous ensevelis avec lui par le baptême dans la mort ». Or ce passage de l’Epître aux romains (6, 3-4) se poursuit, comme pouvait le savoir les fidèles baptisés dans la mort et la résurrection du Christ, par l’appel à mourir au péché pour vivre dans le Christ.