Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Le scribe royal et prêtre lecteur en chef Nebméroutef,Albâtre,H...

Thot et un scribe écrivant

Le scribe royal et prêtre
lecteur en chef Nebméroutef,
Albâtre,H : 21,30cm ; L : 20,30cm ;
Pr : 9,20 cm

© 2002 Musée du Louvre / C. Décamp

Thot est le dieu du savoir, le maître de l’écriture, dont on lui attribue l’invention ; il est aussi un dieu lunaire, en relation avec le calcul du temps. De ce fait, il est celui qui assigne au roi ses années de règne. Il est souvent représenté sous forme de cynocéphale ou d’ibis, les animaux qui lui sont associés, ou sous celle d’un homme à tête d’ibis. Ses lieux de culte les plus importants se situent à Memphis et à Hermopolis, en Moyenne Égypte, où ont été découvertes de grandes catacombes d’ibis momifiés qui lui étaient offerts en ex-voto. Ses attributions en font le patron d’une profession hautement valorisée en Égypte, celle des scribes, ainsi que des « maisons de vie » attachées au temple, où s’élaborait et se transmettait le savoir sacerdotal. Assimilé à l’Hermès grec, il devient à une époque tardive le maître des écrits magiques. Sur cette statuette faite d’albâtre égyptien, qui date du Nouvel Empire, le « scribe royal et prêtre lecteur en chef » Nebmeroutef écrit sous la protection de son dieu, représenté comme un cynocéphale portant sur la tête le disque lunaire inscrit dans un croissant. Dans un texte de la même époque, un scribe affirme que, depuis qu’il a placé une statue de Thot dans son atelier, celui-ci s’est bien développé…