Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Livre des morts de Nesmin, Basse Epoque, XXXe dynastie, 378-341...

Livre des Morts de Nesmin

Livre des morts de Nesmin,
Basse Epoque, XXXe dynastie,
378-341 av. J.-C.,
papyrus peint,
L. 5,25 m ; H. 31,5 cm

© 2003 Musée du Louvre / G. Poncet

Avant d'accéder à l'au-delà, le mort subit un jugement qui examine ses actions passées. Le chapitre 125 du Livre des Morts aide le défunt à affronter cette épreuve. L'opération se déroule dans un tribunal, au plafond soutenu par des colonnes, sous la présidence d'Osiris (à gauche) et en présence de quarante-deux juges assesseurs (à droite). Maât, déesse de la justice et de l'ordre, identifiable à la plume qu'elle arbore sur la tête, introduit le mort vêtu de ses plus beaux atours dans la salle. Le jugement prend la forme d'une pesée. Sur le plateau droit de la balance repose le cœur du prévenu, siège de sa conscience. Il se mesure à une plume incarnant Maât. Anubis, à tête de chien, vérifie la fiabilité du peson tandis qu'Horus, à tête de faucon, stabilise le plateau portant le cœur. Face à Osiris, Thot, palette et calame à la main, annonce et enregistre le résultat de la pesée. Il est précédé par la grande Dévorante, hybride de crocodile, hippopotame et lion, qui est assise sur un socle en forme de chapelle. Si le cœur est aussi léger que la plume, le prévenu est déclaré juste de voix et admis dans le paradis d'Osiris. S'il est plus lourd, cela signifie que le cœur est chargé de péchés. La sentence est sans appel : le défunt sert de repas au monstre.
Le texte qui accompagne la vignette comprend la confession négative que le mort récite aux dieux. Il affirme ne pas avoir commis toutes sortes de fautes, forfaits ou crimes.