Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Retable de la déploration du Christ,Joos Van Cleve, vers...

Retable de la déploration du Christ

Retable de la déploration du Christ,
Joos Van Cleve, vers 1520-1525,
huile sur bois,
H: 2.750 m ; L : 2.060 m

© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Hervé Lewandowski

Alors que la formule classique du retable flamand est le triptyque à trois volets, Joos Van Cleve adopte ici une structure d’inspiration italienne qui associe une prédelle sous un panneau principal surmonté d’une lunette semi-circulaire. Le cadre en bois n’ayant pas été conservé la juxtaposition reste approximative, mais la position relative des trois éléments est stable.
La déploration du Christ au premier plan sur le panneau central prend place dans un vaste paysage aux lointains bleutés .Le corps du Christ, dont l’attitude reste souple et naturelle, structure la composition. Les différents personnages sont groupés autour de lui, offrant par leurs habits richement colorés un contraste chromatique avec l’harmonie de teintes ocre, beiges et blanc bleutés qui attire le regard vers le corps et le linceul. Saint Jean soutient par les aisselles le Christ dont la tête retombe sur le côté, tandis que Marie passe un bras sous celui de son fils. Une sainte femme joint les mains en prière alors que Madeleine est comme frappée de stupeur, mains écartées. De part et d’autre, le donateur Nicolas Bellogio, mains jointes en prière, et son épouse tenant un bréviaire, sont comme intégrés plastiquement à la scène, et non placés sur des volets latéraux. Leurs regards hors champ rendent compte d’une vision intérieure tandis que leurs saints patrons, saint Nicolas de Tolentino et saint Claire les présentent à leur Seigneur. L’ostensoir que tient Sainte Claire associe l’eucharistie et la communion salvatrice à la thématique du crâne d’Adam, des ossements et de la bassine de sang qui souligne la réalité de la mort sur la croix. Cette sainte franciscaine trouve naturellement sa place dans un retable destiné à une église des Frères Mineurs, aussi la lunette est-elle consacrée au thème de la stigmatisation de Saint François, figure idéale du saint dont la vie se déroule à l’imitation du Christ.