Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Scène de litatio,avec haruspice,esclaves sacrificateurs et...

Scène de litatio,
avec haruspice, esclaves sacrificateurs et licteurs

Scène de litatio,
avec haruspice,esclaves sacrificateurs et licteurs,
relief provenant du forum de Trajan(?),
premier quart du IIe s, marbre,
H : 1,64m ; L : 2,30m

© RMN Musée du Louvre/ Hervé Lewandowski

Sur ce fragment, à l’extrême gauche, l’haruspice mandaté par les autorités romaines pour la consultation divinatoire des entrailles (extaspicine) tient dans sa main droite une tablette qui recueillera les indications énoncées par l’esclave chargé de l’observation. Le taureau, pattes en l’air, porte encore les apparats de la victime rituellement pure (dorsuale et le ruban à pompon. Instruit par des manuels de consultation, réputés d’origine étrusque, l’agent rituel dira si l’aspect des entrailles / exta (cœur, foie, poumons, péritoine, etc.) donne les signes que la divinité destinataire agrée l’offrande, ce qui la rendra débitrice du vœu des hommes. Les exta, recueillis dans la situle, seront cuisinés avant d’être offerts au dieu (à la différence des Grecs qui les consomment). Le reste de la bête, une fois rendu à l’usage profane par une opération rituelle (la profanatio), sera découpé pour être consommé dans un banquet sacrificiel, distribué aux citoyens, ou vendu au marché à la viande (macellum). Certes, le dieu et les hommes partageront une consommation en signe de communication réussie, mais ils ne partageront pas les mêmes morceaux, car la communication ne gomme jamais l’ontologie supérieure des dieux.