Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Scène de sacrifice à Apollon,Cratère à figures rouges,Peintre de...

Scène de sacrifice à Apollon

Scène de sacrifice à Apollon,
Cratère à figures rouges,
Peintre de Pothos,
vers 430-420 av. J.-C.,
H : 0,332m

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

Cette représentation du sacrifice met en scène différents moments du rituel. La « compression » temporelle vise à exprimer de façon synthétique l’essence du sacrifice et son résultat, c’est-à-dire la bonne entente des hommes et des dieux, garante de la sauvegarde de la société et de la cité dans son ensemble.
L’homme barbu debout à la gauche de l’autel est le « maître de cérémonie » ; il est assisté dans son service rituel par un jeune homme, à droite, qui verse une libation sur l’autel, et par un plus jeune garçon, à gauche derrière lui, qui tient au-dessus de la flamme des broches enfilées de parts de viande destinées au festin sacrificiel des hommes. Les trois classes d’âges, pareillement couronnées, et représentant autant de statuts distincts, signifient la participation de la société dans son intégralité au rituel sacrificiel, par délégation représentative de ses composantes.
Une figure imberbe debout tout à droite observe le rituel en cours. C’est Apollon, destinataire du sacrifice, qu’identifie la hampe de laurier qu’il tient en main droite, et dont le laurier en pied figuré derrière l’autel est un écho significatif. Est-ce le dieu en personne qui assiste à son sacrifice ? Est-ce la statue de culte, présentée non comme telle mais de façon « vivante » ? Ou bien est-ce le prêtre, un homme, qui revêt (comme cela est courant) la livrée du dieu pour officier comme garant du rituel effectué ? Les potentialités de l’image permettent de dépasser ces questions rationnelles pour insister plutôt sur l’efficacité du rituel qui transcende la réalité du monde. L’image exprime l’ambiguïté constitutive d’un discours sur la présence divine dans et par le rituel.