Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Scène de sacrifice,Oenochoé à figures rouges,Peintre de...

Scène de sacrifice

Scène de sacrifice,
Oenochoé à figures rouges,
Peintre de Craipalé,
vers 430-425 av. J.-C.,
H : 0,215m

© RMN Musée du Louvre/ Hervé Lewandowski

Le sacrifice est communication et partage, entre les hommes et les dieux tout d’abord, bien que leurs parts respectives soient clairement distinguées. Sur cette scène peinte sur la panse d’une œnochoé, dans le feu du bûcher allumé sur l’autel brûlent déjà les parts de la victime (les os longs) réservées aux dieux qui se nourrissent du fumet ainsi dégagé. Les broches tenues au-dessus des flammes par un jeune assistant sont garnies d’une partie des viandes (les viscères en général) que les hommes vont se partager lors du banquet, l’autre partie étant bouillie dans des chaudrons (une opération qui est très rarement représentée). Ce partage de la victime entre les hommes et les dieux est aussi partage des parts comestibles entre les hommes au banquet, ainsi que partage du bénéfice du sacrifice par la communauté dans son ensemble, symbolisée par le citoyen appuyé sur son bâton à gauche. Les couronnes portées par les participants à la cérémonie sont un marqueur tangible du temps spécial que représente ce moment de partage au cours duquel se fonde et se refonde régulièrement la société des hommes face aux dieux.
Au sacrifice sanglant et à la libation s’ajoute enfin, ici, la prière ou l’invocation, signifiée par le geste de la main gauche de l’officiant principal, au moment de la libation. Aux actes s’articulent les paroles, qui activent et parachèvent tout à la fois la communication et le partage induits par le rituel sacrificiel dans ses différentes composantes.