Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Tapis à décor de niche, vers 1920, Turquie, Istanbul, soie, fils...

Tapis à décor de niche

Tapis à décor de niche,
vers 1920, Turquie, Istanbul,
soie, fils métalliques,
point noué et tissé

© 2006 Musée du Louvre / Etienne Revault

Le tapis semble indissociable des arts de l’Islam et fait partie intégrante du mobilier nomade ou citadin depuis des temps très reculés. Dans le monde ottoman, cet art se décline à la fois dans le tissage de kilims et dans celui des tapis de haute laine, au point noué. Celui-ci, sorti des ateliers d’Istanbul au début du XXe siècle, est caractéristique des productions urbaines et s’inspire de modèles plus anciens. Il révèle l’influence du temps religieux dans l’inspiration ornementale en terre d’Islam. Une série de bandes à décor floral encadre de fait une forme de niche à l’arcature cintrée, évoquant le mihrâb vers lequel les Musulmans se tournent pour effectuer leurs cinq prières quotidiennes ; celles-ci sont précédées des petites ablutions, par opposition aux grandes ablutions de la prière collective du Vendredi. Un réseau dense de palmettes bifides est disposé sur un fond lie de vin et rappelle les motifs que l’on trouve sur les panneaux en céramique d’Iznik ; en appoint, une multitude de fleurs vient ponctuer le champ, y apportant de discrètes touches de couleurs.