Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Vue générale de la cour Marly au musée du Louvre

La cour Marly, une scénographie de 1993

Vue générale de la cour Marly au musée du Louvre

© 2011 Musée du Louvre / Antoine Mongodin

Par la suite, d'autres statues furent transférées au jardin des Tuileries. Le parc royal de Marly avait en effet été séquestré à la Révolution et les sculptures saisies et dispersées. Beaucoup arrivèrent à Paris, en particulier au jardin des Tuileries, « jardin national », qui dépendait du château des Tuileries, siège des assemblés révolutionnaires et plus tard des consuls. En 1794, les « chevaux de Marly » de Guillaume Coustou qui avaient remplacé sur l'Abreuvoir Mercure et la Renommée de Coysevox, furent exposés sur de hauts pylônes à l'entrée des Champs-Élysées.

Afin de protéger ces œuvres des attaques du climat parisien (pluies, gels, érosion du vent), des poussières, des fientes d'oiseau, et du vandalisme, le musée du Louvre commença dès 1870 à mettre à l'abri les sculptures de Marly. Cette politique se poursuivit après la guerre et dans les années 1970 ; elle devint systématique à la faveur du projet du « Grand Louvre ». Alors que déjà, une salle consacrée à la sculpture du parc de Marly était ouverte en 1972 dans le département des Sculptures nouvellement aménagé dans l'aile de Flore, le transfert du département des Sculptures dans l'aile Richelieu en 1993 assura à tout cet ensemble une visibilité extraordinaire. Le projet de l'architecte Ieoh Ming Pei, et de Michel Macary s'inscrivait dans l'esthétique qui a présidé à la réalisation de la pyramide. La cour de l'ancien ministère des Finances fut couverte d'une verrière qui assure un éclairage naturel. La scénographie, par palier, permet de disposer les œuvres selon les hauteurs pour lesquelles elles avaient été conçues. La pierre blonde de Bourgogne revêt les sols et les parois alors que les statues sont placées sur des socles de pierre blanche de Charentes. Quelques arbres évoquent un lieu boisé.