Allez au contenu Allez au menu principal Allez à la recherche Change language

Accueil>Œuvres & Palais>Collections et départements>Acteur en esclave, assis sur un autel, vidant une bourse

Œuvre Acteur en esclave, assis sur un autel, vidant une bourse

Département des Antiquités grecques, étrusques et romaines : Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Acteur assis sur un autel, vidant une bourse

© 2002 RMN / Hervé Lewandowski

Antiquités grecques, étrusques et romaines
Art grec classique (du Ve au IVe siècle av. J.-C.)

Auteur(s) :
Juliette Becq

Interprétant un esclave venant de dérober une bourse, l’acteur s’est réfugié sur un autel pour la vider en toute tranquillité. Protégé par la divinité, l’autel lui épargnera en effet les coups d’un maître furieux. La statuette appartient à un groupe bien identifié dont les premiers exemplaires ont été produits à Athènes vers 400 av. J.-C. Diffusés pendant un siècle dans l’ensemble du bassin méditerranéen, ils témoignent de la propagation d’une iconographie davantage tournée vers l’humain.

Un costume précis

L’acteur de comédie est identifiable grâce à son masque et à son costume. La barbe en pointe et le faciès caractéristique le désignent ici comme un personnage intrigant : un sourcil relevé, un autre pratiquement à l’horizontal indiquent sa duplicité. Sur une sorte de justaucorps, moulant des chevilles aux poignets, il a enfilé un chiton court dissimulant  des rembourrages placés sur son ventre et ses fesses qui augmentaient sa corpulence. Outre l’aspect grotesque, sa visibilité y gagnait aussi, pour un public situé parfois à plus de vingt mètres de distance. Le chiton laisse apparent un phallus postiche qui, dans la réalité, devait être en cuir. A l’exception du masque, l’ensemble dérive de l’accoutrement des comastes, participants aux cortèges dionysiaques de l’époque archaïque appelés "Comoï". Ces rituels seraient en partie à l’origine du genre théâtral introduit officiellement aux grandes Dionysies d’Athènes en 486 av. J.-C. Les figurines de théâtre évoquant la Comédie dite Ancienne (Ve s. av. J.-C.) et la Comédie Moyenne (IVe s. av. J.-C.) montrent une longue persistance du caractère grivois initial dans les costumes d’acteurs. Il en est autrement des personnages de la Comédie dite Nouvelle (III-IIe s. av. J.-C.), issus d’une société plus bourgeoise et plus pudique.

Minutie des statuettes de la Comédie Moyenne

La statuette du Louvre s’apparente à un ensemble de quatorze figurines à sujet théâtral conservé au Metropolitan Museum de New-York, provenant d’une même tombe athénienne et présentant des analogies stylistiques : petitesse des pièces (une dizaine de centimètres), utilisation du moule bivalve (alors que la face des statuette étaient jusqu’alors privilégiée), finesse d’exécution (piquetage des vêtements par exemple). L’origine athénienne d’une telle production est attestée par les fouilles de l’Agora qui ont livré un des plus anciens exemplaires connus de ces types, daté vers 400 av. J.-C. Le type de l’esclave assis sur un autel est présent dans le groupe de New-York. Un même prototype a dû servir à l’élaboration des deux statuettes.

Succès des figurines à sujet théâtral

Des productions dérivées et locales de plus ou moins bonne qualité ont été fabriquées pendant tout le IVe siècle av. J.-C., particulièrement destinées à un contexte funéraire. Retrouvées dans tous les sites d’importance (à Olynthe notamment) et en quantité parfois surprenante (Lipari), elles témoignent de la propagation du genre littéraire et probablement aussi d’une faveur particulière pour le culte du dieu du théâtre et du renouveau, Dionysos, qui s’amplifie alors. Suite à la grave crise traversée par la société athénienne à la  fin du Ve s. av. J.-C., la foi se tourne vers des divinités plus humaines et les artistes et artisans délaissent les représentations à caractère sacré au profit d’un répertoire plus varié. Comme si la transition ne pouvait être trop brutale dans le domaine traditionaliste de la coroplathie, les figurines de théâtre permettront de faire émerger des personnages de la vie quotidienne.

Cartel

Informations pratiques

Adresse et téléphone :
Musée du Louvre, 75058 Paris - France
+ 33 (0)1 40 20 53 17

Horaires :
Ouvert tous les jours de 9h à 18h sauf le mardi
Nocturnes jusqu’à 21h45 le mercredi et le vendredi

Fermetures :
Les 1er janvier, 1er mai et 25 décembre

Information in other languages

Newsletter

Achetez votre billet